•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un centre de prévention des surdoses devrait bientôt ouvrir à Moncton

La maison qui abrite les bureaux de l'organisme.

L'organisme Ensemble Moncton compte ouvrir cette année le premier centre de prévention des surdoses au Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'organisme Ensemble Moncton est prêt à ouvrir le premier centre de consommation supervisée au Nouveau-Brunswick, dès que le financement nécessaire lui sera accordé.

Le groupe ne fournira pas de drogue aux consommateurs. Il veut leur offrir un lieu où ils pourront consommer leurs propres produits de façon plus sécuritaire. L'organisme dispose déjà d’instruments propres et de naloxone, un médicament utilisé en cas de surdose d'opiacé. Les employés sont formés par Ambulance Nouveau-Brunswick pour intervenir en cas de surdose.

La directrice générale, Debby Warren, espère lancer le service à l’automne. Il faut sauver des vies, dit-elle.

Ce service ne mettra pas fin à la consommation, mais ce sera un outil important pour traiter la dépendance, explique-t-elle.

Debby Warren interviewée devant les bureaux de l'organisme.

Debby Warren, directrice générale d'Ensemble Moncton, espère ouvrir le centre de prévention des surdose à l'automne.

Photo : Radio-Canada

Quatre usagers à la fois pourraient utiliser l'espace. Ensemble Moncton travaille auprès de plus de 900 consommateurs de drogue dans la région. Près d'une centaine d'entre eux s’intéressent aux services du futur centre pour consommer leurs produits de façon plus sécuritaire, estime Mme Warren.

Le Nouveau-Brunswick figure au deuxième rang des provinces canadiennes quant à la proportion de consommateurs de drogue par injection, selon des recherches récentes, indique Mme Warren. Ces données prouvent qu'il y a un besoin, dit-elle.

Les rouages financiers se mettent en place

La ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick Dorothy Shepherd a présenté mardi un nouveau plan quinquennal en matière de santé mentale et de traitement des dépendances.

Le gouvernement provincial va appuyer financièrement le projet d’Ensemble Moncton dès cette année, selon le directeur des communications du ministère de la Santé Bruce Macfarlane.

Pour obtenir l'autorisation de Santé Canada, Ensemble Moncton doit démontrer la viabilité économique du projet à plus long terme. Selon M. Macfarlane, le financement du provincial permettra à Ensemble Moncton d’obtenir l’autorisation de Santé Canada.

Il faut avoir une volonté provinciale et une volonté fédérale, souligne le conseiller municipal Charles Léger.

Depuis que la crise des opioïdes a été élevée au rang d'urgence nationale, les centres de consommation supervisée se multiplient ailleurs au pays.

On ne va jamais éliminer les problèmes, mais on peut peut-être s'entendre qu'il y a des meilleures méthodes, et ceci est une meilleure méthode, affirme Charles Léger.

Ce premier centre de consommation supervisée au Nouveau-Brunswick sera suivi de près, car il pourrait inspirer l'ouverture de centres similaires dans les autres villes de la province, à commencer par Saint-Jean et Fredericton.

Ensemble Moncton estime avoir besoin de 100 000 $ à 200 000 $ pour offrir un lieu sécuritaire aux usagers.

Avec les renseignements de Jean Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !