•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'action reprend dans la Ligue de hockey junior majeur de l’Ouest

Deux bâtons de hockey et une rondelle, lors d'une mise en jeu.

C'est en Alberta que seront présentés les premiers matchs de la saison de la Ligue de hockey junior majeur de l’Ouest.

Photo : Getty Images / Bruce Bennett

C’est à Red Deer, vendredi à 18 h, que sera présentée la première mise en jeu de la saison dans la Ligue de hockey junior majeur de l’Ouest (WHL).

Pour l’occasion, les Rebels recevront les Tigers de Medicine Hat. Une heure plus tard à Edmonton, les Oil Kings accueilleront les Hurricanes de Lethbridge.

Il s’agira de la première soirée d’activité dans la WHL depuis le 11 mars 2020.

Jacob Boucher des Hurricanes aurait préféré disputer une saison complète, mais pour lui comme pour bien des joueurs de la WHL, un calendrier écourté de 24 matchs est mieux que rien.

 Pour notre santé mentale, c’était important de jouer, affirme le hockeyeur de 19 ans.

La tenue d’une saison, aussi courte soit-elle, est importante pour les équipes de la LNH qui préparent le prochain repêchage amateur.

Natan et Jacob Boucher tiennent un bâton de hockey sur une piste d'athlétisme.

Jacob Boucher (à droite) et son frère Nathan (à gauche) s'entraînent ensemble durant la saison morte.

Photo : Radio-Canada / Patrick Henri

Voir les joueurs en action permettra aux recruteurs amateurs des 31 équipes de mettre à jour leur liste des joueurs de 18 ans qui seront admissibles au prochain repêchage.

Voyages limités

Pour cette saison spéciale, les cinq équipes de l’Alberta ne sortiront pas de la province. Les matchs seront présentés devant des gradins vides dans les cinq villes où l’on retrouve une équipe : Lethbridge, Medicine Hat, Calgary Red Deer et Edmonton.

Chaque semaine, des matchs seront présentés les vendredis et samedis. Les mêmes formations s’affronteront les deux soirs, une fois à domicile, une fois sur la route.

Les Rebels qui reçoivent les Tigers vendredi seront donc les visiteurs à Medicine Hat samedi, alors que les Oil Kings se rendront à Lethbridge.

De cette façon, les joueurs n’auront jamais à dormir à l’hôtel. Les équipes qui jouent à l’étranger voyageront le matin de la rencontre et reviendront après le match.

Chaque semaine, une équipe aura congé.

Une vraie ligue de développement

Parce que les équipes ne feront qu’un seul voyage par semaine, le temps d’entraînement sera beaucoup plus élevé qu’à l’habitude.

Il n’était pas rare de voir, lors des dernières saisons, des équipes disputer quatre parties en sept jours, dans quatre villes différentes. Quand l’équipe passe la plupart du temps dans l’autobus, il est impossible de s’entraîner.

Cette saison, les équipes pourront s’entraîner du lundi au jeudi, sur leur propre patinoire. Du jamais vu.

Dormir à l’aréna

Aménagement d'une loge avec un lit et un sofa.

Une des loges du Centrium de Red Deer, transformée en chambre à coucher.

Photo : @rdrebels / Instagram

Certaines formations ont été créatives afin de se conformer aux directives de la WHL concernant les mesures à prendre face à la COVID-19.

Les porte-couleurs des Rebels de Red Deer par exemple dormiront à l’aréna. Les loges du Centrium ont été réaménagées en chambre à coucher et chaque joueur a pu décorer sa chambre à sa façon.

À Lethbridge, on a plutôt décidé de placer les joueurs dans des appartements au sein d’un même édifice, tout près de l’aréna. L’édifice est récent et devait accueillir des étudiants de l’Université de Lethbridge. Comme la plupart des cours sont offerts en ligne, les Hurricanes ont pu louer suffisamment de chambres pour tous leurs joueurs.

À Calgary il était impossible pour les Hitmen de disputer leurs matchs locaux au Saddledome en raison de la présence des Flames et du Heat, l’équipe-école de la Ligue américaine, temporairement relocalisée en Alberta.

Vue extérieur du Sportplex Seven Chiefs

Le domicile des Hitmen de Calgary pour la saison sera le Sportplex Seven Chiefs, situé sur le territoire de la nation Tsuut'ina

Photo : Radio-Canada

L’équipe disputera donc ses matchs au Sportsplex Seven Chiefs, situé sur le territoire de la nation Tsuut’ina. Les joueurs seront tous hébergés à l’hôtel Grey Eagle, à une dizaine de kilomètres de l’aréna.

À Medicine Hat et à Edmonton, les joueurs habiteront dans des familles d’accueil, comme lors d’une saison normale. Des règles strictes seront cependant en place afin de limiter les risques de transmission du coronavirus.

Plutôt que de jouer à la Place Rogers, les Oil Kings disputeront leurs matchs sur la glace de l’aréna communautaire, dans le même bâtiment.

Comme on prévoit que les joueurs passeront beaucoup de temps à l’aréna, on a réaménagé certaines salles pour que les joueurs puissent s’y détendre. On a aussi installé un simulateur de golf et le Hall Ford a été transformé en une immense salle de classe où la distanciation sociale pourra facilement être respectée.

Séries éliminatoires

On ne sait toujours pas si la WHL présentera ou non des séries éliminatoires. Pour l’instant, la priorité est de conclure une entente avec le gouvernement de la Colombie-Britannique pour que les équipes de cette province puissent, elles aussi, reprendre l’action.

Les équipes de la Saskatchewan et du Manitoba joueront 24 matchs dans un environnement protégé (une bulle) à Regina. Leur saison s’amorcera le 12 mars.

Quelques jours plus tard, le 18, les cinq équipes américaines de la WHL commenceront à leur tour leur saison. Tous les matchs seront joués dans l’État de Washington où évoluent quatre des cinq formations. 

Séries éliminatoires ou pas, Jacob Boucher ne s’en fait pas.  On ne veut pas trop en demander , dit-il,  mais c’est certain que ce serait l’fun de pouvoir avoir des séries. 

Tous les matchs de la WHL seront présentés sur le site https://watch.chl.ca/ moyennant des frais de 59,99 $ pour la saison ou de 6,99 $ pour un seul match. 

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !