•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une formation sur la violence conjugale pour les avocats

Une femme est assise sur un lit et regarde la fenêtre.

La Côte-Nord compte le plus haut taux de cas de violence conjugale de la province (archives).

Photo : Shutterstock

Radio-Canada

Une nouvelle formation pour sensibiliser les avocats sur les enjeux de la violence conjugale est bien accueillie sur la Côte-Nord, qui compte le plus haut taux de cas de violence conjugale de la province.

Cette formation gratuite en ligne de quatre jours vise à sensibiliser les avocats en droit de la famille aux différents enjeux juridiques entourant les cas de violence conjugale, une initiative du service juridique Juripop.

L'avocate Justine Fortin, chargée des initiatives juridiques en matière de violence conjugale chez Juripop, affirme qu'actuellement, il n'y a pas de formation spécifique en violence conjugale dans les facultés de droit du Québec.

Selon l’avocate, la loi et le système juridique québécois sont inadaptés aux besoins des personnes victimes de violence conjugale.

C'est problématique à plusieurs égards. D'abord dans la non-reconnaissance de la violence conjugale par les tribunaux et par [...] la mauvaise utilisation de la notion de l'intérêt de l'enfant, au profit du temps qu'il devrait passer avec ses deux parents. Ce qui va faire en sorte qu'il va y avoir, malheureusement, de mauvais jugements, affirme Mme Fortin.

Justine Fortin mentionne par ailleurs qu'il est particulièrement difficile d'avoir accès à un avocat sur la Côte-Nord, comparativement aux autres régions du Québec.

Une formation bien accueillie

Le Centre d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS) de Baie-Comeau accueille favorablement la nouvelle formation juridique entourant les enjeux de violence conjugale.

La coordonnatrice du CALACS Lumière boréale, Guylaine Lévesque, soutient que cette formation pourra entre autres mettre en lumière les nuances de la violence conjugale qui sont encore très méconnues.

Je pense que la question de la prévention, d'en parler, c'est vraiment très important que ce soit nommé. Parce que, souvent dans la violence conjugale, ce qui se passe, c'est que les victimes n'identifient pas l'agression sexuelle, par exemple, elles peuvent accepter parfois et même proposer une relation sexuelle, dans le but de faire diminuer les situations de violence, raconte Mme Lévesque.

Guylaine Lévesque portant des lunettes de soleil lors d'une entrevue avec Radio-Canada.

Guylaine Lévesque est la coordonnatrice du centre Lumière boréale.

Photo : Radio-Canada / Benoit Jobin

Selon les plus récents chiffres de la sécurité publique en matière de violence conjugale, la Côte-Nord est la région au Québec où il y a le plus haut taux d’infractions commises sur la personne dans un contexte de violence conjugale, avec 590 infractions par 100 000 habitants.

En comparaison, la moyenne pour l'ensemble du Québec est de 268,8 infractions par 100 000 habitants.

Avec les informations de Zoé Bellehumeur

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !