•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le secteur agricole réclame que les travailleurs temporaires soient vaccinés

Silhouette d'un homme marchant dans un champ de légumes, un panier à la main.

Les travailleurs agricoles étrangers sont essentiels à l’industrie agricole de la Colombie-Britannique, estiment plusieurs associations.

Photo : Reuters / Dylan Martinez

Des groupes de soutien aux travailleurs étrangers temporaires demandent aux autorités de la Colombie-Britannique de considérer ces migrants comme des travailleurs essentiels et de leur accorder la priorité dans la campagne de vaccination.

Ils sont des milliers, chaque année, à quitter leur pays, essentiellement le Mexique, pour venir prêter main forte dans les fermes de la province. Mais l'année dernière, la pandémie a mis en lumière leur précarité et leur vulnérabilité.

C'est pourquoi plusieurs groupes interpellent le gouvernement ainsi que les autorités de la santé de la Colombie-Britannique afin de mieux protéger cette population qui contribue pleinement à l'économie de la province.

Ils leur demandent de veiller à ce que les travailleurs migrants bénéficient d'une couverture médicale dès leur arrivée et qu'ils soient inclus et prioritaires dans le plan de vaccination de la Colombie-Britannique.

Les migrants agricoles arrivent déjà en Colombie-Britannique (...) et ils courent un grand risque à venir travailler durant une pandémie.

Une citation de :Robyn Bunn, RAMA Okanagan

Par communiqué de presse, le groupe RAMA Okanagan (Radical Action with Migrants in Agriculture) précise que les conditions de vie globales, l’absence de congés de maladie payés et la période d’attente de trois mois de la province exposent les travailleurs agricoles à un risque plus élevé que la plupart des autres (employés) de la province de contracter la COVID-19 et de la transmettre.

Le spectre des conditions de travail déplorables de 2020

Le groupe RAMA de l'Okanagan, la région berceau de l'agriculture en Colombie-Britannique, rappelle ce qui s'est passé en 2020 dans l'industrie agricole que ce soit dans la province ou ailleurs au Canada. Certaines des plus grandes éclosions de COVID-19 se sont produites dans des fermes. Des milliers de travailleurs agricoles à travers le Canada ont été exposés, beaucoup sont tombés malades et trois migrants sont morts de la COVID-19.

Robyn Bunn du groupe RAMA veut éviter que cette situation ne se reproduise. Elle précise que cette main-d'oeuvre étrangère arrive au pays non infectée étant donné qu'un test PCR est obligatoire lorsqu'on arrive au Canada de l'étranger. Aujourd'hui, la porte-parole de RAMA se rend bien compte que ces travailleurs ont peur de venir.

Par ailleurs, cette maladie recèle des conséquences pour ces migrants, selon Omar Chu du groupe Sanctuary Health. Cet organisme vient en aide aux migrants et aux sans-papiers. M. Chu souligne en effet que leur statut d'immigration est directement lié à leur capacité à travailler.

Si vous attrapez la COVID[-19] au Canada et vous perdez votre statut ici, et vous ne pouvez pas avoir un test négatif pour retourner, vous êtes attrapé ici sans statut et sans habilité à retourner.

Une citation de :Omar Chu, Sanctuary Health

Lundi, les autorités sanitaires provinciales présenteront, la suite du déploiement de la campagne de vaccination.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !