•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Masque au primaire : accueil favorable en Mauricie-Centre-du-Québec

Trois jeunes d'âges différents marchent vers l'école avec des sacs à dos. Ils portent chacun un masque non médical et sont habillés pour le temps froid avec un manteau et une tuque.

Tous les élèves du primaire devront porter un masque en classe après la semaine de relâche.

Photo : Getty Images / Imgorthand

Radio-Canada

Le syndicat des enseignants des vieilles forges accueille favorablement l’imposition du port du masque chirurgical en tout temps pour les élèves du primaire au retour de la semaine de relâche. Cette nouvelle mesure se fera en deux temps dans la région.

Dès le 8 mars, le couvre-visage sera obligatoire en tout temps dans les écoles de la première à la sixième année. Puis à compter du 15 mars, deux masques médicaux seront fournis à chaque enfant tous les jours, ce qui représente plus de 10 000 masques par jour au Centre de services scolaire Chemin-du-Roy.

La nouvelle directive est une gestion supplémentaire pour tout le personnel, concède le directeur du CSS Chemin-du-Roy, Luc Galvani. Cependant, je pense qu’il y a un élément de sécurité aussi qui est là qui est important et qu’il ne faut pas sous-estimer, ajoute-t-il.

Même si la gestion des masques vient alourdir un peu la tâche des enseignants, la majorité préfère composer avec le masque plutôt que de faire de l’enseignement à distance. C’est difficile de dire qu’on peut être contre des mesures qui vont être ajoutées parce qu’on sait que c’est pour protéger tout le monde, ajoute Claudia Cousin, présidente du syndicat des Vieilles-Forges.

Parents et élèves abondent: c’est une nouvelle adaptation pour les plus jeunes qui n’avaient pas encore à le porter en classe. Une mère souligne leur capacité d’adaptation alors qu’un élève souligne que les masques médicaux ne peuvent pas être plus désagréables que ceux portés en ce moment. Plusieurs soulignent eux aussi qu’il s’agit d’une protection supplémentaire.

Avec les informations d'Amélie Desmarais

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !