•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa ne surveille pas assez la sécurité ferroviaire, selon la vérificatrice générale

Karen Hogan marche en portant un masque et en tenant des documents dans ses mains.

La vérificatrice générale du Canada, Karen Hogan

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Plus de sept ans après l'accident ferroviaire de Lac-Mégantic, la vérificatrice générale du Canada constate que le ministère fédéral des Transports ne surveille pas adéquatement la sécurité des voyageurs et des marchandises sur rail.

Dans un rapport déposé jeudi après-midi aux Communes, Karen Hogan rapporte qu'il y a eu d'importantes améliorations de la surveillance, mais que le gouvernement fédéral ne réussit pas à déterminer si sa surveillance améliore la sécurité ferroviaire. C'est là la grosse lacune que nous avons soulevée, a-t-elle fait remarquer au cours d'une conférence de presse pour commenter son rapport.

Huit ans après notre dernière vérification, il reste beaucoup à faire.

Une citation de :Karen Hogan, vérificatrice générale du Canada

Je suis très préoccupée par le fait que tant de temps s’est écoulé depuis nos premières recommandations en 2013. Notre rapport a été diffusé juste avant Lac-Mégantic. [...] À la suite de nos recommandations dans ce rapport, Transports Canada s’est engagé à mesurer si leurs activités de surveillance avaient vraiment amélioré la sécurité [des] rails, a-t-elle poursuivi.

Il y a encore beaucoup de chemin à faire pour être en mesure de démontrer que la surveillance améliore la sécurité sur les rails à travers notre pays.

Une citation de :Karen Hogan, vérificatrice générale du Canada

Selon Mme Hogan, le ministère des Transports du Canada devrait mesurer ses propres actions afin de les ajuster pour permettre une meilleure sécurité des rails au pays.

Le ministre des Transports réagit

Réagissant à cette critique, le ministre fédéral des Transports a tenu à indiquer qu'aucun pays ne fait ce que Mme Hogan réclame à son ministère. Ce que la vérificatrice générale nous demande, c'est d'ajouter une couche de plus de vérification de la sécurité, a affirmé le ministre Omar Alghabra.

Nous avons cherché à travers la planète une autre juridiction qui ferait ce qu'elle demande et nous n'en avons trouvé aucune.

Une citation de :Omar Alghabra, le ministre fédéral des Transports

Le ministre a néanmoins concédé que c'est une bonne idée, et il promet d'y travailler. Rien ne nous empêche d'être les premiers dans le monde à faire cela. Et nous nous engageons à le faire, a-t-il ajouté. Il assure, comme ses prédécesseurs, que la sécurité ferroviaire est [sa] priorité numéro un.

Réactions de l'opposition

À la lecture du rapport de la vérificatrice, le député bloquiste Maxime Blanchette-Joncas s'est inquiété. Après 14 ans, il est temps que le message passe. Des quantités importantes de matières dangereuses circulent tous les jours à travers nos municipalités et régions. Sans surveillance adéquate, le transport ferroviaire n'est pas sécuritaire, a écrit le député dans un communiqué.

Le député conservateur Luc Berthold, qui représente la circonscription de Mégantic–L'Érable, dit avoir été estomaqué de voir les constats de la vérificatrice générale. Le problème qu’il y a, c’est quand on identifie des lacunes : Transports Canada n’a pas de délai pour vérifier si les lacunes ont été corrigées ou non, souligne-t-il.

Un constat d’échec

Du côté de la Coalition des citoyens et organismes engagés pour la sécurité ferroviaire de Lac-Mégantic, on fait savoir que le rapport de la vérificatrice générale est un constat d’échec de Transports Canada et de l’ancien ministre des Transports, Marc Garneau.

La vérificatrice générale confirme ce que l’on clame depuis 17 ans devant les médias. La sécurité ferroviaire, même à Lac-Mégantic, à l’endroit où il y a eu une des pires tragédies ferroviaires au Canada; même à cet endroit-là, les rails ont été maintenus dans un état lamentable pendant des années, dénonce-t-il.

Le bureau du vérificateur général, qui surveille les activités du gouvernement fédéral, s'était déjà penché sur ces questions en 2013, quelques semaines avant la tragédie de Lac-Mégantic. Et ses recommandations d'alors n'ont pas été entièrement mises en œuvre, selon Mme Hogan.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !