•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : moins d'infections, mais plus de décès

Une affiche placardée sur une fenêtre à côté de laquelle passe un jeune homme indique, en anglais, qu'il faut maintenir une distance physique d'au moins deux mètres entre les personnes.

WorkSafe BC continue de distribuer des avis de non-conformité aux protocoles adoptés pour éviter la propagation du coronavirus.

Photo : Radio-Canada / Ben Nelms

La Colombie-Britannique compte 395 personnes nouvellement infectées par le virus qui cause la COVID-19, tandis que la maladie a fait 10 victimes en 24 heures, selon les autorités sanitaires provinciales.

De passage à Vancouver, le ministre de la Santé, Adrian Dix, et la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, ont dressé le bilan de la progression de la pandémie de la COVID-19. Celui-ci s'élève désormais à 78 763 cas depuis le début de la crise sanitaire.

La Dre Bonnie Henry a aussi indiqué que 228 personnes sont hospitalisés en raison de la maladie dont 62 aux soins intensifs.

Par ailleurs, deux nouvelles éclosions se sont déclarées dans les établissements de soins de longue durée. La médecin hygiéniste en chef souligne cependant que les cas de contamination ont baissé dans ces centres.

La province compte à ce jour 4489 infections actives par le SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19.

La vaccination se poursuit

En date de jeudi, 239 833 doses de vaccin ont été administrées dont 68 157 doses de rappel. Selon la Dre Henry, la campagne a démontré son efficacité. Les autorités feront d’ailleurs le point sur la suite de son déploiement lundi. Toutefois, elles répètent que la vaccination se poursuit avec les personnes les plus vulnérables et les aînés.

Je suis encouragée par l’enthousiasme [concernant la vaccination], mais donnez-nous le temps pour nous assurer que nous faisons les choses correctement.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

En outre, sur les 16 cas de variants du coronavirus, neuf seulement sont actifs, a précisé la médecin hygiéniste en chef, portant le total de ces cas à 116. Le mode de transmission est incertain pour environ un quart de ces infections dues à des variants.

La Dre Henry assure qu’une attention particulière est portée aux variants qui se présentent dans les écoles. Ces contaminations par le variant s’observent particulièrement dans la grande région de Vancouver. Il faut veiller à ce que ces cas ne se répandent pas, a dit la médecin hygiéniste en chef.

Pas encore d’assouplissement des restrictions

La Dre Henry estime qu’il n’est pas encore temps d’assouplir les différentes restrictions en place. Nous verrons en mars, a-t-elle dit, évoquant notamment les services religieux, les sports organisés et l'augmentation d’interactions sociales.

Les autorités sanitaires prendront la décision de desserrer la vis en fonction, entre autres, du bon déroulement du déploiement des vaccins, de la progression des variants ou encore du traçage des contacts. La Dre Henry affirme que la transmission du virus provient de la combinaison de plusieurs comportements, dont les évènements sociaux ou les services religieux.

Nous connaissons le défi que représente le fait de ne pas avoir de lien avec les gens pendant longtemps.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

De plus, environ 40 % des contaminations sont liés aux lieux de travail. La Dre Henry rappelle que personne n’est à l’abri de ce virus. Ces dernières semaines, plusieurs trentenaires sont morts des suites de la maladie.

Cependant, malgré les éclosions dans les stations de ski, dans les restaurants ou les écoles, il est important pour la province que les entreprises demeurent ouvertes, pas seulement pour l’économie. Le chômage est dommageable aussi pour la santé et le bien-être, a souligné la Dre Henry.

Nous avons toujours essayé ici en Colombie-Britannique de rester aussi ouverts que possible en toute sécurité.

Une citation de :Bonnie Henry, médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique

Rester local pour la relâche de printemps

Avec la pause printanière qui approche, les autorités de la santé demandent aux Britanno-Colombiens de ne pas trop s’éloigner. Ce message sera de plus en plus répété à mesure que la relâche s’approche.

Bonnie Henry a dit être en discussion avec le ministère de l’Éducation afin de mettre en place des stratégies pour faire de la relâche un moment spécial pour les gens.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !