•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le manque de places en garderie préoccupe la Chambre de commerce de Val-d’Or

Des jeux à terre dans une salle de classe, En arrière plan on aperçoit les jambes d'un enfant qui joue à terre.

Le manque de place en garderie a des impacts sur le développement économique, croit la CCVD. (archives)

Photo : Radio-Canada

La Chambre de commerce de Val-d’Or (CCVD) est préoccupée par le manque de place en services de garde dans la région.

Dans un communiqué commun, la CCVD, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), l’Association québécoise des centres de la petite enfance (AQCPE) et l’Association des garderies privées du Québec (AGPQ) affirment que cette situation a un impact important sur les entreprises du Québec et nuit à l’activité économique.

Dans la région, la Chambre de commerce de Val-d'Or estime à 600 le nombre de places en garderie qui sont manquantes.

L'organisme rappelle par la même occasion que seulement huit nouvelles places ont été développées depuis quatre ans.

Une situation qui a un impact sur le développement des entreprises, explique le président de l'organisme, Jérémi Fournier.

Au niveau du développement des entreprises, c'est sûr qu’on voit dans le pire des cas un taux d'absentéisme qui est plus élevé ou une diminution des heures de travail de certains employés qui sont touchés directement par ça, dit-il. Un point à noter : ça se répercute directement sur les femmes, où on observe des diminutions des heures de travail et des pertes de salaires pour ces femmes-là

Et c'est aussi une difficulté de recrutement de nouveaux talents, les gens qui seraient en temps normal disponibles pour le travail ne le sont pas. Au niveau aussi de l'attraction de la main-d'œuvre, c'est certain qu’on a déjà une pénurie de main-d’œuvre en dehors du contexte des garderies, donc d'être capable de recruter des talents et des gens en région quand on n'est pas capable d'offrir des places en garderie, dès qu'on va parler à de jeunes familles qui pensent avoir des enfants, c'est très difficile d'attirer de nouveaux gens en régio, explique le responsable.

Jérémi Fournier parle au lutrin.

Jérémi Fournier, président de la Chambre de commerce de Val-d'Or (archives)

Photo : Radio-Canada / Marc-André Landry

Jérémi Fournier compte beaucoup sur les nouveaux projets de garderie déposés au ministère de la Famille pour développer 500 nouvelles places dans la région.

Toutefois, il croit qu'il est nécessaire de simplifier les procédures administratives pour réduire les délais de construction des nouvelles installations.

Ce qu'on demande, c'est de faciliter les décisions. C'est surtout au niveau des règlements et des délais où sont les enjeu, assure Jérémi Fournier, qui demande une approche plus simple et rapide au contexte réglementaire et aux délais administratif.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !