•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Masques obligatoires au primaire : une décision jugée difficilement applicable

Trois jeunes d'âges différents marchent vers l'école avec des sacs à dos. Ils portent chacun un masque non médical et sont habillés pour le temps froid avec un manteau et une tuque.

Au retour de la semaine de relâche, tous les enfants du primaire en zone rouge devront porter un masque pédiatrique, même en classe.

Photo : Getty Images / Imgorthand

Radio-Canada

Au retour de la semaine de relâche, tous les enfants du primaire en zone rouge devront porter un masque médical, même en classe. Le Syndicat de l'enseignement de la région de Drummondville déplore que cette décision ait été prise de façon unilatérale par le gouvernement. Quant aux parents, ils estiment que cela sera difficile à appliquer.

Encore une fois, on apprend nos conditions de travail par l’entremise des médias ou des conférences de presse. [...] On ne prend pas le temps de consulter les intervenants du milieu, regrette Guy Veillette, président du Syndicat de l'enseignement de la région de Drummondville.

C’est certain qu’on n’est pas contre les mesures sanitaires. Mais, au minimum, de grâce, [prenez] le temps de consulter les premiers intervenants qui auront à l’appliquer dans les milieux.

Une citation de :Guy Veillette, président du Syndicat de l'enseignement de la région de Drummondville

M. Veillette se demande si cette nouvelle mesure décrétée par Québec sera facile à appliquer, et si elle pourra l'être en toute sécurité pour le personnel des écoles. C’est toujours annoncé et imposé. [...] Encore une fois, on va être pris à appliquer des mesures sans aucune consultation, poursuit-il.

Implantation progressive dès le 15 mars

À Montréal, la mesure sera mise en place dès la semaine suivant la relâche. Ailleurs, l’implantation du masque médical va se faire de façon progressive d’ici le 15 mars. Au retour de la relâche, les élèves vont pouvoir se présenter en classe comme ils le font actuellement avec le couvre-visage. Progressivement, les centres de services scolaires seront approvisionnés en masques pédiatriques. Ils vont pouvoir fournir les élèves du primaire peu après le retour de la relâche, explique Bernard Gauthier, secrétaire général du Centre de services scolaire des Chênes.

Des parents d'élèves rencontrés jeudi matin à Drummondville disent qu’ils vont devoir s’y faire, mais ils appréhendent néanmoins la mise en place de cette mesure. Pour ma part, [mes enfants] ne sont pas tous d’accord avec cette mesure-là. Mais ils préfèrent quand même mettre le masque plutôt que de rester à la maison, lance un mère d'élève.

Ça va être plus difficile pour les plus jeunes. Les plus vieux, qui sont en 4e et 5e, ils ont du mal à tout comprendre. Alors, imaginez les plus jeunes, indique une autre mère de famille.

Selon le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, les cas de nouveaux variants expliquent principalement cette décision.

Ces mesures ne s'appliquent pas dans la cour de récréation, pas plus qu'aux élèves ayant des besoins particuliers.

Avec les informations de Jean-François Dumas

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !