•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des règles sanitaires mal adaptées à la Péninsule acadienne, croient des résidents

Duguayville

Les règles de santé publique affichées à la patinoire de Duguayville

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

La Péninsule acadienne et la région de Bathurst n’ont qu’un seul cas actif de COVID-19 et n’ont jamais eu d’éclosion. Dans cette région, on commence à trouver cela difficile de devoir appliquer des mesures aussi strictes qu’ailleurs au Nouveau-Brunswick.

À Duguayville, on vient de fermer la patinoire pour le reste de l’hiver. C’est une mesure préventive pour s’adapter aux règles de la santé publique.

La patinoire de Duguayville

La patinoire de Duguayville a fermé ses portes

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Jennyfer Brideau, une jeune mère de famille qui habite tout près, assure qu'elle respecte les mesures sanitaires. Mais dernièrement, comme dans le cas de la patinoire, elle trouve que ça va trop loin.

Au début, c'était tout à fait compréhensible, dit-elle. Tout le monde suivait. C’est rare qu’on voie quelqu’un qui dit : oui j’accepte certaines mesures. Mais trop, c’est trop. 

Jennyfer Brideau

Jennyfer Brideau, une résidente de la Péninsule acadienne

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Ce dernier épisode de la lutte contre la COVID-19 illustre que plusieurs citoyens remettent maintenant en question la pertinence de certaines mesures de la santé publique.

À un moment donné, c’est sûr que ça nous affecte parce que... On se protège de quoi finalement ? C’est ça qui est la grande question. Parce que nous on n'a pas vécu cette pandémie-là.

Une citation de :Jennyfer Brideau, résidente de la Péninsule acadienne

Isolée, la Péninsule acadienne ne dispose pas de systèmes de transport en commun. Elle n’a aucun lien direct avec l’extérieur de la province et n’a presque pas eu de cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Mais, selon le plan du gouvernement, la phase orange pourra y être maintenue encore ce printemps. Dans la communauté, plusieurs personnes commencent à trouver ça exagéré.

S'adapter aux réalités régionales

Caroline Janiszewski et ses jeunes enfants

Caroline Janiszewski et ses jeunes enfants

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Caroline Janiszewski, de Village-des-Poirier, n’a rien d’une adepte des théories du complot. Cela ne l’empêche pas de remettre en question les décisions de la santé publique.

Je te dirais que jusqu’au mois de janvier notre famille, on suivait toutes les directives et on était en accord avec tout ce qui se passait, explique-t-elle. Mais là, on trouve que ça commence à être un peu exagéré. Si ça reste et qu’on n'a pas de cas, moi je voudrais vraiment qu’on aille en jaune. C’est sûr qu’au début du mois de janvier, il y avait une peur qu’il y avait une éclosion après les Fêtes. Mais là on voit qu’il n’y a pas d’éclosion dans notre zone.

Caroline Janiszewski

Caroline Janiszewski

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Pour le bien de la santé mentale, elle souhaite que les autorités s’adaptent aux réalités régionales.

Je ne trouve vraiment pas ça sain, tranche-t-elle. Je trouve que ça affecte la santé mentale des gens. Je crois qu’il y a moyen de trouver un équilibre plus sain pour le monde dans la Péninsule.

Sans un véritable sentiment d'urgence, la population semble commencer à trouver difficile de garder la motivation pour demeurer vigilante.

C’est vraiment difficile de trouver une solution, constate Jennyfer Brideau. Mais pourquoi est-ce qu’ils ne suivent pas comme au début. Ils allaient vraiment zone par zone. " OK, vous, il n’y a pas de cas? Jaune. Vous, y’en a un peu? Orange. Vous, il y a une grosse grosse éclosion? Faut arrêter ça, on met ça en rouge. "

Jeudi, un seul cas de COVID-19 a été signalé dans la province, dans la région Edmundston. Il y a actuellement 49 personnes malades dans la province, la grande majorité dans le Nord-Ouest.

Dans une entrevue accordée au Téléjournal Acadie jeudi soir, la médecin hygiéniste Jennifer Russell a laissé entendre que des changements aux mesures sanitaires en vigueur pourraient être annoncés vendredi. Elle n'a pas donné davantage de détails.

Avec des informations d'Alix Villeneuve et de Karine Godin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !