•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mesures sanitaires fonctionnent en Ontario mais la proportion de variants inquiète

La province présente des signes encourageants dans ses projections de la COVID-19 tout en prônant la vigilance.

Passant portant un masque à Londres le 18 juillet 2020.

Selon Santé publique de l’Ontario, un « meilleur été » qu’en 2020 est possible, mais implique de poursuivre les efforts pour y arriver.

Photo : Reuters / Simon Dawson

Radio-Canada

Les mesures de santé publique mises en place en Ontario ont diminué la transmission de la COVID-19 et ont ralenti la propagation des variants préoccupants, selon les dernières modélisations publiées jeudi par la Table scientifique de la province.

Ce groupe de scientifiques qui conseille le gouvernement provincial veut toutefois mettre les Ontariens en garde contre les variants du coronavirus. Selon les experts, ceux-ci continuent de se propager, et le nombre de cas, les hospitalisations et les admissions aux unités de soins intensifs augmenteront probablement bientôt.

Les variants préoccupants du virus continuent de se propager rapidement en Ontario. Selon les modélisations des experts en épidémiologie, ils devraient représenter 40 % des cas de la province d'ici la deuxième semaine du mois de mars.

Ces plus récentes projections de la province ont cependant un ton bien moins grave que celles des dernières semaines.

Les données recueillies par la province suggèreraient, entre autres, que les mesures de confinement et la campagne de vaccination menée dans les maisons de retraite et les foyers de soins de longue durée ont rapidement réduit les infections et les décès dans ces établissements.

Mais d’autres statistiques demeurent inquiétantes. Le taux de positivité des tests en Ontario était de 3,1 % le 20 février, mais dans la région de Peel, il était beaucoup plus élevé, se chiffrant à 7,1 %. À Toronto, il s’élevait à 5,6 %, et dans la région de York, à 5,3 %.

Un homme parle devant un micro, dans une salle.

Le Dr Adalsteinn Brown, coprésident de la Table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario

Photo : La Presse canadienne / Frank Gunn

Le coprésident du groupe consultatif scientifique, le Dr Adalsteinn Brown, a déclaré que la province devra faire preuve de précaution et de prudence au cours des prochaines semaines afin de freiner la propagation rapide des variants du virus.

Nous avons besoin des prochaines semaines pour comprendre l'impact des variants sur la pandémie, en particulier depuis que les écoles sont ouvertes, affirme le Dr Brown.

Un meilleur été est possible

Selon un document publié par la table scientifique, jeudi, il reste une période de risque avant que la pandémie ne s’atténue probablement durant l'été.

Un été meilleur est en vue si nous y travaillons maintenant.

Une citation de :Dr Adalsteinn Brown, coprésident de la Table de consultation scientifique sur la COVID-19 de l'Ontario

L’équipe d’experts affirme que le temps plus chaud augmentera le temps passé à l’extérieur et diminuera le temps passé dans des endroits bondés ou fermés.

Une femme portant un masque est assise dans un bus avec la fenêtre ouverte.

Selon les experts qui conseillent l'Ontario en matière de COVID-19, la pandémie s’atténuera probablement cet été.

Photo : Getty Images / Marc Bruxelle

Et si la campagne de vaccination va comme prévu, l’augmentation de la vaccination devrait conférer une immunité plus fiable et plus sûre que les modèles historiques (pandémie de grippe de 1918) qui devaient s’appuyer sur la seule propagation de l’infection.

Selon les experts, le grand défi consiste à protéger le système de santé au cours des prochains mois et à surveiller étroitement la propagation de tous les types de cas tout en accélérant la vaccination, en ajoutant que des flambées dans les communautés et les milieux où les facteurs de risque rendent les gens vulnérables sont à prévoir.

L’Ontario encore loin d’être sorti du bois

L'Ontario a signalé 1138 autres cas de COVID-19, jeudi, son nombre de nouveaux cas quotidiens le plus élevé en cinq jours. Le nombre d'infections actives dans la province a par ailleurs augmenté pour la première fois en plus de six semaines.

Le Dr Brown a déclaré que des augmentations soudaines de cas sur le territoire de certains bureaux de santé publique démontrent une tendance qui va dans la mauvaise direction.

Par exemple, Thunder Bay a dénombré 44 nouveaux cas, jeudi. Le médecin hygiéniste de la région a déclaré à CBC News, jeudi matin, que les résidents de la région devraient se préparer à un confinement plus strict. Thunder Bay est actuellement dans le niveau rouge de contrôle.

Même son de cloche dans la région de Simcoe-Muskoka, où le médecin hygiéniste local affirme que le nombre de nouveaux cas a augmenté de 30 % la semaine dernière comparativement à la semaine précédente, dont un très grand nombre de cas du variant britannique plus contagieux.

Mercredi, la Ville de Toronto avait annoncé qu’elle maintient l’annulation des événements majeurs comme le marathon de Toronto ou les célébrations de la fête du Canada jusqu’au 1er juillet.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !