•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse importante des incidents dans le transport en commun à Saskatoon

Un autobus public de Saskatoon, en Saskatchewan, où il est écrit que le port du masque est obligatoire.

Les conducteurs attendent souvent la fin de leur quart de travail pour signaler les incidents survenus durant celui-ci.

Photo : Radio-Canada / Albert Couillard

Saskatoon Transit, la société qui gère le transport en commun à Saskatoon, constate une augmentation des interactions négatives dans ses autobus en 2020 et lie en partie la hausse d’une partie de ces incidents à la frustration causée par la COVID-19.

La société de transport explique qu'il s'agit, entre autres, d'agressions physiques et verbales, ou encore de dégradation du matériel.

Le directeur de Saskatoon Transit, Jim McDonald, note que les interactions négatives sont monnaie courante dans les transports en commun.

La COVID-19 n’a fait qu’accentuer certains aspects comme l’anxiété, selon lui.

Les gens peuvent être frustrés parce qu’il manque un autobus, à cause de leur travail, mais il est plus facile de s’en prendre au chauffeur de l'autobus qu’à son patron, et ça peut entraîner des dommages matériels, comme des vitres brisées.

Une citation de :Jim McDonald, directeur de Saskatoon Transit

Avec la pandémie, Saskatoon Transit met notamment l’accent sur le port obligatoire du masque et pousse les chauffeurs à signaler les personnes qui n’en portent pas, ou le retirent, par exemple.

Au cours des quatre dernières années, de 2017 à 2020, Saskatoon Transit a recensé 308 interactions négatives concernant les chauffeurs d'autobus.

Elles sont passées de 76 en 2019 à 130 en 2020, soit presque le double.

Le rapport qui fait état de ces chiffres souligne que cette augmentation serait aussi due à une nouvelle politique demandant aux agents de transport de signaler tous les incidents qui peuvent se produire.

Si on demande aux employés de signaler tous les incidents, c’est sûr que le nombre va augmenter , dit Jim McDonald.

Des 308 interactions négatives relevées entre 2017 et 2020, 28 consistaient en l’agression d’un employé alors qu'il se trouvait dans le siège du chauffeur.

Sur la la liste des interactions négatives figurent également des contacts physiques et de la dégradation du matériel, des agressions, le refus de payer, du harcèlement et du harcèlement sexuel, ou encore, des personnes sous l'effet de la drogue.

L’impact sur le personnel

Selon Jim McDonald, les séquelles psychologiques diffèrent selon les employés.

Certains passent vite à autre chose, d’autres demandent à prendre du temps pour eux, mais dans tous les cas, nous faisons un suivi pendant quelques jours pour être sûrs qu’ils réussissent à passer à autre chose.

Une citation de :Jim McDonald, directeur de Saskatoon Transit

Saskatoon Transit offre également un programme, appelé Interact Transit Program, auquel participe environ un tiers des employés chaque année, selon le directeur.

M. McDonald affirme que c’est une formation dans laquelle les employés peuvent parler des incidents auxquels ils ont dû faire face. Par ailleurs, le programme les aide à mieux gérer certaines situations et à garder la tête froide et à rester professionnels.

Différents moyens pour signaler les incidents

Pour les usagers, Jim McDonald souligne qu’il y a différents moyens de signaler les incidents dont ils peuvent être témoins.

Cela peut être par téléphone, par un formulaire sur le web, ou encore par le biais des réseaux sociaux avec Facebook ou Twitter.

Une citation de :Jim McDonald, directeur de Saskatoon Transit

Si un passager est témoin d’un incident, Jim McDonald l’invite à ne pas intervenir : Plus il y a de personnes qui interviennent, plus la situation peut s’envenimer rapidement, explique-t-il.

Il assure que de leur côté, les chauffeurs d'autobus ont différentes possibilités en cas de contacts négatifs. Ils ont une radio directement connectée aux différents services d’urgence comme les pompiers ou la police. Par ailleurs, ils sont également en mesure de contacter leur superviseur rapidement.

Avec les informations de Zoé Clin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !