•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

D'importants acteurs économiques de Québec dénoncent le blocage du projet de tramway

Une maquette du design du tramway

Un exemple de l'intégration du tramway sur la rue de la Couronne (archives)

Photo : Ville de Québec

Des personnalités économiques importantes de la région de Québec ne se contentent plus d’appuyer le projet de tramway, ils critiquent maintenant ouvertement le gouvernement Legault pour sa décision de revoir le tracé à la dernière minute.

Le président-directeur général du groupe Restos plaisirs, le président de la Corporation des parcs industriels du Québec et le coprésident du Groupe Germain Québec demandent tous à la Coalition avenir Québec de lancer le projet le plus rapidement possible tel qu’il a été élaboré ces dernières années par la Ville de Québec.

De se faire dire qu'on va modifier le tracé en quelques coups de crayon en quelques mois, vous me permettrez d'avoir mes doutes sur le processus et de penser qu'il y a peut-être un peu de politique qui commence à jouer dans ça, analyse Pierre Moreau des Restos plaisirs, qui emploient en temps normal 900 personnes dans la capitale.

Comme le maire de Québec, il s’étonne des sommes quasi sans limites investies pour le transport en commun dans la métropole alors que rien ne bouge à Québec. Je trouve qu'on n’est pas traité de façon équitable. Je trouve que les gens de Québec sont traités de façon un petit peu cavalière.

Pierre Moreau, PDG du Groupe Restos plaisirs

Pierre Moreau, PDG du Groupe Restos plaisirs

Photo : Radio-Canada

Quand je regarde comment [François Legault] gère le dossier du tramway, je ne trouve pas ça raisonnable.

Une citation de :Pierre Moreau, PDG du Groupe Restos plaisirs

Même son de cloche du côté des parcs industriels. Pierre Dolbec juge inconcevable de retourner à la table à dessin alors que le projet est prêt à démarrer. Il s’inquiète principalement pour la relance économique de la région de Québec pour l’après-pandémie.

Selon lui, le projet de tramway et celui du terminal de conteneurs au port de Québec seront la pierre angulaire de la relance. Si on ne presse pas ces deux projets-là d'une façon adéquate et qu'on ne met pas notre pied à terre pour que ça commence là, oubliez la relance à Québec. Ça va être une catastrophe ambulante au niveau de l'économie, prédit le propriétaire de Dolbec international.

Caucus régional et petite politique

Selon Pierre Dolbec, le caucus régional de la Coalition Avenir Québec dans la capitale est en bonne partie responsable de la valse-hésitation entourant le projet et des délais qui feront gonfler la facture. Rappelons que le maire Labeaume s’était entendu sur nouveau tracé avec le ministre des Transports avant que ce tracé ne soit rejeté à l’occasion d’un conseil des ministres élargi.

Le caucus de Québec a une grosse part de responsabilité. Le message que je leur passe, c'est d'y penser comme il faut parce que les élections vont s'en venir une bonne journée, et si réellement à cause d'eux autres on a scrappé un projet de ce genre-là, ils vont payer la facture et ils vont la payer cher, lance l’homme d’affaires à l’intention des élus locaux.

Pierre Dolbec, président de la Corporation des parcs industriels du Québec

Pierre Dolbec, président de la Corporation des parcs industriels du Québec

Photo : Radio-Canada

Je trouve ça de valeur que les décideurs clés se laissent influencer par des gens [qui font] carrément de la petite politique.

Une citation de :Pierre Dolbec, président de la Corporation des parcs industriels du Québec

Le coprésident du Groupe Germain Québec, Jean-Yves Germain, conclut lui aussi à une mésentente au niveau du caucus de la région de Québec. L’hôtelier se range du côté de la Ville de Québec dans le débat et demande aux élus caquistes de ne pas chercher un projet qui fera l’unanimité, une mission impossible en matière de transport collectif.

C'est sûr qu'on ne peut pas faire plaisir à tous les citoyens, à tous les secteurs de la ville, mais ça prend la première ligne, tranche Jean-Yves Germain. Si jamais le projet est abandonné, ce serait selon lui un désastre pour la Ville de Québec.

De manière générale, le projet de tramway est appuyé par un grand nombre d'acteurs économiques de la région de Québec. Encore en novembre, la Banque Nationale, le Conseil du patronat du Québec, la Capitale et SSQ Assurance et le Mouvement Desjardins, entre autres, demandaient de « sécuriser le tracé du tramway ».

Avec la collaboration d'Olivier Lemieux

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !