•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trans Mountain veut cacher l'identité de ses assureurs

Des tuyaux sur un chantier de Trans Mountain à Edson, en Alberta.

La société de la Couronne a demandé au régulateur de lui donner une décision d'ici le 15 mars.

Photo : Radio-Canada / Terry Reith

Radio-Canada

Trans Mountain, une société de la Couronne fédérale, demande à la Régie de l'énergie du Canada (REC) de garder secrète l'identité de ses assureurs de peur qu’ils ne soient la cible de militants écologistes.

L'entreprise affirme qu'il existe des preuves que certaines parties récupèrent des informations dans la base de données de la REC pour identifier ses assureurs et faire pression sur eux pour qu'ils mettent fin aux polices du pipeline.

Cette démarche intervient quelques jours après que de jeunes Autochtones de Vancouver ont bloqué l’entrée d’immeubles abritant des compagnies d'assurance associées à l'entreprise pour exiger qu'elles cessent d'assurer le pipeline.

Trans Mountain dit avoir constaté une réduction significative de la capacité d'assurance disponible en 2020 et avoir dû payer un montant nettement plus élevé lorsqu'elle a trouvé des polices de remplacement partiel.

En 2019, une coalition de 32 groupes environnementaux et autochtones a envoyé des lettres à 27 compagnies d'assurance leur demandant d'abandonner leur couverture du pipeline ou de refuser de fournir des polices d'assurance pour son projet d'expansion, y compris à son assureur principal, l'entreprise suisse Zurich Insurance Group.

Cette dernière a fini par ne pas renouveler ses contrats avec Trans Mountain, dit le gestionnaire de l'oléoduc.

Si le nom des assureurs de Trans Mountain est divulgué publiquement, le ciblage continu et la pression exercée sur ses assureurs pour qu'ils cessent d'assurer le pipeline entraîneront probablement une perte importante pour Trans Mountain sous la forme de primes d'assurance plus élevées et des défis à relever pour maintenir une couverture d'assurance adéquate, a déclaré l'entreprise dans sa lettre à la REC.

L'entreprise demande au régulateur de lui donner une réponse, d'ici le 15 mars, afin d'avoir le temps de terminer la mise à jour annuelle de son plan financier et de certificat d'assurance.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !