•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les enseignants manifestent leur mécontentement au Bas-Saint-Laurent

Des pancartes aux mains des manifestants.

Une cinquantaine d'enseignants ont manifesté à Rivière-du-Loup.

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

Radio-Canada

L'insatisfaction grimpe chez les enseignants du Bas-Saint-Laurent. Ils affirment que les pourparlers avec Québec stagnent à la table des négociations pour le renouvellement de leur convention collective. Des travailleurs de l'Éducation ont manifesté dans les rues de Rivière-du-Loup, de Rimouski, de Matane et d'Amqui, jeudi, en fin d'après-midi.

Malgré de nombreuses rencontres avec la partie patronale, les négociateurs du gouvernement ne sont pas en voie de conclure une entente, selon les manifestants.

La présidente du Syndicat de l'enseignement du Grand-Portage, Natacha Blanchet, rappelle que leur convention collective est échue depuis près d’un an.

Malgré que ça fait un an que les enseignants sont à pied d'œuvre avec les règles sanitaires et les règles ministérielles qui changent, qui évoluent jour après jour, de semaine en semaine, soutient-elle.

Les négociations stagnent et on veut démontrer que l'immobilisme du gouvernement n'a pas lieu d'être dans le contexte actuel.

Une citation de :Natacha Blanchet, présidente du Syndicat de l'enseignement du Grand-Portage

Parmi leurs principales revendications, les enseignants demandent à Québec de mieux encadrer l’enseignement à distance.

Selon la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la centrale syndicale à laquelle plusieurs syndicats d'enseignants dans la région sont affiliés, les salaires demeurent aussi trop peu attrayants pour assurer la rétention du personnel.

La pénurie de personnel a des impacts sur la charge de travail des enseignants qui sont, dans certains cas, à bout de souffle, selon le syndicat.

La responsable du comité de coordination syndicale pour les syndicats des enseignants et des enseignantes du Cégep de Rimouski, Marie-Josée Boudreau, rappelle que les enseignants sont disposés à négocier avec la partie patronale et souhaite que les pourparlers débloquent.

Nos représentants sont prêts à négocier. Est-ce qu'on peut négocier? Est-ce qu'on peut se parler? [...] On ne baissera pas les bras. Il faut que ça se règle.

Une citation de :Marie-Josée Boudreau, responsable du comité de coordination syndicale pour les syndicats des enseignants et des enseignantes du Cégep de Rimouski

Est-ce qu'on peut débloquer, puis que la réponse ne soit pas toujours "non, on ne peut pas. Non, c'est impossible. Non, on reconnaît que c'est un problème, mais on ne peut rien faire"? Il faut que ça évolue ce discours-là, poursuit Mme Boudreau à ce sujet.

Une cinquantaine d'enseignants des MRC de Témiscouata, du Kamouraska et de Rivière-du-Loup ont pris part à la manifestation qui s'est déroulée à Rivière-du-Loup.

Des enseignants de l'Est-du-Québec disposent d'un mandat de grève de cinq jours voté en début d'année.

Avec les informations de Patrick Bergeron et de Shanelle Guérin

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !