•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de son père : libération conditionnelle totale pour Eric Lamontagne

Un marteau de juge devant une balance.

Eric Lamontagne avait été condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Éric Lamontagne, condamné pour le meurtre de son père à Sainte-Catherine de Hatley, obtient une libération conditionnelle totale.

La décision concernant le Magogois de 51 ans a été rendue jeudi par la Commission des libérations conditionnelles du Canada.

« La libération conditionnelle totale permet à des individus de purger une partie de leur peine sous surveillance dans la collectivité pourvu qu'ils respectent certaines conditions. Normalement elle leur est accordée après qu'ils ont terminé avec succès une période de semi-liberté. »

Source : Gouvernement du Canada

Eric Lamontagne avait poignardé son père à plusieurs reprises dans un chalet, un geste commis à la suite d’une désorganisation de son état mental, rappelle la Commission.

Il avait été condamné à la prison à vie pour le meurtre prémédité de son père, Gaétan Lamontagne, en novembre 1998. La Cour d'appel avait toutefois accédé à sa demande et cassé le verdict de culpabilité prononcé à son endroit en décembre 2000.

Avant de subir son deuxième procès en 2007, il avait plaidé coupable à une accusation réduite pour meurtre non prémédité, puis condamné à la prison à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 10 ans.

La Commission est d’avis qu’une libération conditionnelle totale est possible pour Éric Lamontagne, car le risque de récidive est acceptable pour la société, s’il continue de recevoir un encadrement médical et psychiatrique.

Elle souligne par ailleurs que l’homme est sobre depuis maintenant 13 ans, s'est engagé dans différentes activités de bénévolat, et entretient des relations positives avec des proches.

Éric Lamontagne devra toutefois respecter diverses conditions, dont celles de ne pas consommer d’alcool ni de drogues, de ne pas fréquenter les bars et de s’abstenir de communiquer avec certains membres de sa famille.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !