•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ski de fond renaît de ses cendres à la forêt Montmorency

Une piste fraichement tracée dans un décor enneigé

Les sentiers de la forêt Montmorency seront de nouveau ouverts à compter de vendredi.

Photo : Ski de fond Forêt Montmorency

Délaissé par l’Université Laval depuis le début de l’hiver, le centre de ski de fond de la forêt Montmorency renaît de ses cendres dès vendredi sous l’essor d’un improbable entrepreneur : l'entraîneur-chef de l’équipe de ski de fond du Rouge et Or, Godefroy Bilodeau.

C’est par amour du site ici. Les sentiers sont là. Ça n’a pas de bons sens de garder ça fermé, lance ce dernier aux abords des pistes de ski de fond fraîchement tracées, jeudi matin.

Propriétaire de la forêt Montmorency, la Faculté de foresterie de l’Université Laval a suspendu toutes les activités récréotouristiques sur l'immense territoire depuis le printemps dernier. Une décision qui, même au-delà de cet hiver, ne laissait rien présager de bon pour l’avenir du centre de ski de fond.

Godefroy Bilodeau ne pouvait se résoudre à voir disparaître un des sites de ski les plus enchanteurs et enneigés du sud de la province. Surtout que le centre est important pour l’entraînement des fondeurs du Rouge et Or qu’il dirige.

En s’adressant directement à la direction de la Faculté, en début d’année 2021, l’entraîneur a compris qu’il y avait une ouverture à rouvrir le site. L’université ne voulait simplement plus avoir à le gérer.

Godefroy Bilodeau avec une tuque du Rouge et Or

Godefroy Bilodeau dirige l'équipe de ski de fond du Rouge et or depuis 2018.

Photo : Mathieu Belanger

D’entraîneur à entrepreneur

C’est ainsi qu’est né Services Nordiques Bilodeau Inc, la nouvelle entreprise de Godefroy Bilodeau qui agit désormais comme promoteur privé à la forêt Montmorency.

Il y a un mois l’idée commençait à germer et là le centre de ski ouvre ses portes demain matin. Financièrement, je suis vraiment bien épaulé par la Faculté qui me loue son équipement, explique ce dernier.

L’idée de devenir entrepreneur trottait toutefois dans la tête du passionné de ski de fond depuis un certain temps, admet-il.

Je me suis dit que si je voulais l'essayer un jour, c’était le moment ou jamais. Il y a un buzz pour le ski de fond présentement. Les paires de skis usagés se vendent le double du prix et tous les centres sont pleins.

Mise sur pied rapidement, sa petite entreprise est principalement familiale, précise l’entraîneur, mais il s’est aussi assuré les services d’un opérateur de machinerie d’expérience pour damer les pistes.

Skier jusqu’en mai

C’est que toute l’énergie sera mise sur les pistes au nouveau centre de ski de fond. Le volet d’hébergement récréotouristique n’intéresse pas Godefroy Bilodeau, du moins pas pour le moment.

Mon concept de base, c’est d’étirer l’hiver au maximum. De permettre aux crinqués de venir skier en avril sur de belles pistes.

Une motoneige devant un chalet

Le chalet « Le Boréal » servira désormais d'accueil au Centre de ski de fond.

Photo : Radio-Canada / Vincent Archambault Cantin

Avril, c’est l’objectif pour cet hiver où les précipitations de neige ont été exceptionnellement rares. Dans le futur, le nouveau promoteur croit qu’il pourra continuer à tracer des pistes jusqu’à la mi-mai.

Pour ce qui est de l’offre immédiate, toutefois, une trentaine de kilomètres de sentiers de pas classique et de pas de patin seront ouverts au public dès vendredi. Les tracés sont les mêmes que les hivers passés, sauf les pistes les plus courtes qui seront désormais délaissées.

C’est le réseau d’avant en version simplifiée. Je mise sur la longueur des boucles et la beauté du site. C’est la force de la forêt Montmorency.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !