•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une contribution de 1,5 M$ d'Ottawa à A3 Surfaces

Le médecin en entrevue devant une affiche de l'entreprise A3 Surfaces.

Le Dr Guy Leblanc s'implique dans le développement des surfaces antimicrobiennes à Saguenay.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La saguenéenne A3 Surfaces se rapproche de la commercialisation. L'entreprise, qui a développé une technologie de surface autodésinfectante en aluminium, a reçu jeudi un prêt de 1,5 M$ de la part de Développement économique Canada (DEC) pour les régions du Québec.

Lors de la conférence de presse virtuelle, le gouvernement du Québec a aussi rappelé sa contribution de 3,2 M$ déjà annoncée en décembre.

Ce projet, qui vise la poursuite des activités de démarrage de l’entreprise, mènera à la création et au maintien de 25 emplois.

L'entreprise avait commencé ses tests à l'hôpital de Chicoutimi en avril dernier pour homologuer son produit.

A3 Surfaces a mis au point une technologie qui permet d'anodiser l'aluminium.

Cette technologie permet de préparer la surface à la réception du traitement biocide. L’efficacité des ingrédients actifs de l’agent biocide est ainsi combinée à la résistance mécanique de l’aluminium anodisé, peut-on lire sur le site Internet d'A3 Surfaces.

Cette technique permet de limiter la contagion de nombreuses maladies, comme la COVID-19. Le Dr Guy Leblanc, vice-président médical de l’entreprise, est heureux de recevoir l'appui du gouvernement canadien.

A3 Surfaces s'est donné comme objectif de devenir le leader mondial de la protection antimicrobienne biocide par le traitement de surfaces métalliques spécialisées, et le soutien dont nous bénéficions aujourd'hui de la part de nos gouvernements vient confirmer que nous sommes sur la bonne voie pour concrétiser nos idées, s'est-il réjoui.

Pour l'instant, comme le rappelle une note sur le site Internet de l'entreprise, ce produit est en cours d’évaluation en vue de son homologation aux [clauses] de la Loi sur les produits antiparasitaires. D'ici à ce qu'une autorisation soit faite par Santé Canada, il ne peut pas être fabriqué, importé, distribué ou utilisé au Canada pour le moment.

Avec des informations de Titouan Bussiere

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !