•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rapport d’enquête sur l’affaire Colten Boushie sera remis après 3 ans d’attente

Colten Boushie.

Le jeune homme de 22 ans a été tué par balle lors d’un affrontement avec le fermier saskatchewanais Gerald Stanley en 2016. (archives)

Photo : La Presse canadienne

Radio-Canada

La Commission civile d’examen et de traitement des plaintes relatives à la GRC (CCETP) devrait bientôt remettre son rapport d’enquête et ses recommandations sur la façon dont les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), ont traité l’affaire Colten Boushie.

La Commission était notamment chargée d’évaluer si les policiers fédéraux ont bien fait leur travail le jour où le jeune Autochtone a été tué par balle lors d’un affrontement avec le fermier saskatchewanais Gerald Stanley dans une ferme, près de Biggar, à l'ouest de Saskatoon. Elle était aussi amenée à se prononcer au sujet de possibles gestes discriminatoires fondés sur l'appartenance ethnique par les gendarmes.

La CCETP a reçu la réponse de la commissaire de la GRC à son enquête et ses recommandations le 29 janvier dernier et devrait rendre le rapport public à la mi-mars.

Debbie Baptiste, la mère de Colten Boushie, tient une photo de son fils entre les mains.

La famille de Colten Boushie recevra le rapport d'enquête avant que celui-ci ne soit rendu public.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Le président de la Fédération de la police nationale, Brian Sauve, dit que, même si l'affaire est complexe, le retard dans la publication du rapport est inacceptable envers toutes les personnes concernées.

Cela fait trois ans que les familles des victimes, les personnes concernées ainsi que les membres de la GRC attendent la conclusion du dossier. Je pense que cette attente est inappropriée de nos jours, que ce soit la GRC qui fasse barrage, ou la CCETP.

La commission a effectivement commencé son enquête sur l’affaire Colten Boushie en mars 2018, mais le travail de la CCETP aurait été grandement retardé par les retards dans les réponses de la GRC. Des conclusions et des recommandations ont ensuite été transmises deux fois à la police nationale, en décembre 2019 et en janvier 2020.

La GRC n’a répondu qu'en janvier 2021.

Le rapport final sera d’abord transmis à Alvin Baptiste, l’oncle de Colten Boushie, à la famille Boushie et aux membres de la GRC impliqués dans l'affaire avant d'être accessible au grand public.

Le rapport devrait notamment décrire les recommandations de la Commission et les suggestions que la GRC a acceptées. Si la commissaire, Brenda Lucki, n'accepte pas des recommandations, les raisons seront également exposées.

Une affaire complexe qui suscite des tensions

Colten Boushie, un homme de 22 ans originaire de la Première Nation crie de Red Pheasant, en Saskatchewan, a été tué par balle par le fermier Gerald Stanley en août 2016 après être arrivé sur les terres du fermier accompagné de quatre autres personnes. Une dispute se serait produite avant de se terminer par une fusillade mortelle.

Un homme tient une photo de Colten Boushie lors d'une manifestation à Montréal.

L'acquittement de Gerald Stanley a suscité de nombreux débats à travers le pays, notamment sur le système de sélection de jurés. (archives)

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Gerald Stanley a d’abord été accusé de meurtre au second degré avant d’être acquitté par un jury. Une décision qui avait notamment suscité un débat national sur le processus de sélection des jurés.

Un mois après le verdict, la CCETP a ouvert une enquête pour déterminer si le traitement de l'affaire Stanley par la GRC était raisonnable.

L’enquête cherchait également à savoir si les membres de la GRC présents sur la scène avaient fait preuve de discrimination après les allégations de traitement insensible de la part des policiers faites par la famille de Colten Boushie.  

Avec les informations de Guy Quenneville

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !