•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Eskasoni prépare son propre plan de pêche de subsistance

Une croix, une étoile et un croissant de lune ornent le drapeau micmac.

Eskasoni au Cap-Breton est la plus grande communauté micmaque en Atlantique.

Photo : CBC/John Robertson

Radio-Canada

La plus grande communauté micmaque en Atlantique, celle d’Eskasoni en Nouvelle-Écosse, se prépare à entreprendre à son tour une pêche de subsistance.

Des pêcheurs se sont rassemblés à Eskasoni cette semaine pour discuter du plan. Le capitaine Jibby Paul affirme qu’il vont tout d’abord se concentrer sur le homard et que cette pêche va probablement commencer en mai.

Des pêcheurs d’Eskasoni ont accompagné l’automne dernier des homologues de Potlotek qui ont effectué l’une des premières pêches autochtones autoréglementées en Nouvelle-Écosse.

Jibby Paul voit plus grand. Selon lui, les pêcheurs s’attendent à faire la pêche de subsistance dans tout le Canada atlantique puisque Eskasoni est la plus grande communauté autochtone de la région.

Formuler un plan à long terme

On s’attend à ce que les pêcheurs de la communauté donnent leur avis au chef et au conseil de bande qui vont formuler le plan de pêche.

Selon Jibby Paul, deux coordinateurs seront nommés dans les prochaines semaines pour appuyer le processus. Aucun échéancier n’est prévu pour formuler le plan de pêche. Ce sera un plan à long terme, dit-il.

Le capitaine ajoute que le plan devrait être formulé de façon à satisfaire le ministère des Pêches et des Océans. Le plan tiendra compte d’avis scientifiques et de mesures de conservation, précise-t-il.

La pêche de subsistance n’est toujours pas définie

La Cour suprême du Canada a confirmé dans sa décision sur la cause de Donald Marshall fils en 1999 le droit issu des traités de chasser, pêcher et cueillir aux fins de subsistance convenable.

Après avoir attendu pendant plus de 20 ans que la subsistance convenable soit définie, des Micmacs ont entrepris eux-mêmes une pêche de subsistance.

Le chef de Membertou, Terry Paul, a dit mercredi que sa communauté est à l’étape de la planification en vue de formuler son propre plan de pêche au homard de subsistance. Il invitera les membres de sa communauté à donner leur avis à ce sujet au cours des prochains mois.

Terry Paul.

Terry Paul, chef de la communauté micmaque de Membertou.

Photo : CBC

La communauté micmaque de Sipekne'katik est la première qui a lancé une pêche de subsistance en Nouvelle-Écosse, en septembre 2020, dans la baie Sainte-Marie.

Les pêcheurs autochtones se sont heurtés à l’opposition parfois violente d’autres pêcheurs qui leur reprochent de pêcher hors des saisons réglementées et qui craignent que cela nuise au stock de homard.

Sipekne'katik et Potlotek ont entreprise chacune de son côté des démarches afin de poursuivre le gouvernement de la Nouvelle-Écosse pour le droit de vendre leurs prises afin de gagner une subsistance convenable.

D’après un reportage d’Erin Pottie, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !