•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : votre expérience de vaccination dépendra de votre lieu de résidence

Ce sont les bureaux locaux de santé publique qui décideront comment, où, et quand les vaccins seront administrés.

Une affiche rouge sur laquelle est écrit vaccination avec, en arrière-plan, des préposés vêtus en blanc.

L'Ontario prévoit ouvrir son système de réservation en ligne le 15 mars, le même jour où les résidents âgés de 80 ans et plus pourront bénéficier du vaccin.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Les habitants de la région du Grand Toronto (GTA) doivent s’attendre à vivre la vaccination de manière différente selon leur ville de résidence lorsque la campagne d’immunisation de masse contre la COVID-19 débutera en Ontario le mois prochain.

Chacun des 34 bureaux de santé publique de la province sera responsable de la distribution des vaccins et du fonctionnement de ses cliniques de vaccination.

 Il y a de nombreuses façons différentes de mettre en œuvre cette campagne , a déclaré la ministre de la Santé Christine Elliott à Queen’s Park en début de semaine.

Ce sera fait de manière claire pour les citoyens et ce sera mis en place dans un délai très court.

Une citation de :Christine Elliott, ministre de la Santé de l'Ontario

Les plans de vaccination détaillés n’ont pas encore été finalisés par les bureaux locaux de santé publique du Grand Toronto, mais certains éléments indiquent que les approches qui différeraient d’une région à l’autre toucheraient le lieu de vaccination et la manière dont les gens prennent rendez-vous.

Nous pouvons affirmer sans aucun doute que vous constaterez probablement des différences entre les bureaux de santé, a déclaré Katarina Garpenfeldt, chef des opérations de vaccination pour la COVID-19 au bureau de santé publique de la région de York.

Qui est responsable de quoi?

Le déploiement national de distribution de vaccins définit des responsabilités distinctes pour chaque niveau de gouvernement.

Ottawa, par exemple, est responsable de l’approbation et de l’achat des vaccins, tandis que l’Ontario détermine l’admissibilité et la liste de priorités pour ses résidents.

Le gouvernement ontarien a annoncé mercredi le report à la 3e semaine de mars la vaccination des 80 ans et plus dans la province.

Alors que les grandes lignes du plan de déploiement ont déjà été déterminées par le groupe de travail de la province sur l’immunisation, les détails et la logistique de la distribution des vaccins sont pris en charge par les bureaux locaux de santé publique.

Ces bureaux de santé publique détermineront notamment qui administre le vaccin, où il est administré et quand.

Les principaux défis logistiques consistent, par exemple, à assurer la distanciation physique sur les sites de vaccination, à réduire les files d’attente et à mettre en place un système d’horaire. Les bureaux de santé publique doivent également administrer les vaccins à domicile dans certaines situations, particulièrement dans les zones comptant une forte proportion de personnes âgées ou de résidents vulnérables.

Nous travaillons avec de très nombreuses variables logistiques, a déclaré Mme Garpenfeldt.

Cette dernière, ainsi que plusieurs organisateurs, reconnaît qu'il s'agit d'une tâche énorme, mais ajoute qu'elle convient mieux aux savoir-faire locaux.

Le service au volant du vaccin

Je pense qu’il est logique que les approches soient locales, a déclaré la Dre Vinita Dubey, médecin hygiéniste adjointe de Toronto.

Parce que notre situation à Toronto est très différente de celle du Nord de l’Ontario, et la façon dont nous planifions la mise en œuvre sera très différente, affirme-t-elle.

Les distinctions entre les plans de vaccination seront davantage évidentes entre les zones urbaines et rurales. Toutefois, il est probable qu’il y ait des différences même au sein du Grand Toronto.

La région de York, par exemple, prévoit d'ouvrir une clinique de vaccination basée sur un système de service au volant à Canada’s Wonderland, conçue pour desservir les résidents des banlieues plus susceptibles de se déplacer en voiture.

La façade du parc d'attractions

Le stationnement du parc d'attractions sera transformé en clinique de vaccination au volant.

Photo : offerte par Canada's Wonderland

Il ne semble pas qu'il soit prévu de proposer un service de vaccination au volant pour les résidents de Toronto. La Ville prévoit plutôt l'ouverture de neuf cliniques, la plupart accessibles en transports en commun.

La région de Peel finalise aussi un plan d'immunisation spécifique aux résidents et aux défis particuliers de ses communautés. Les organisateurs ont déclaré que les détails spécifiques ne sont pas encore disponibles.

Selon ce que [les communautés] nous disent, nous travaillons à ajuster les communications et les opérations pour répondre à leurs besoins, a déclaré un porte-parole de la santé publique de la région de Peel. Cela pourrait être différent à Peel par rapport à d'autres régions.

Le gouvernement provincial et les bureaux locaux de santé publique n'ont pas encore fourni de dates exactes quant au moment où les résidents peuvent s'attendre à obtenir des informations plus détaillées, bien que l'Ontario ait déclaré mercredi que son portail de réservation en ligne sera mis en service le 15 mars.

Nous n'avons pas toutes les réponses, a déclaré la Dre Dubey. Une fois que nous en saurons plus, nous partagerons [l’information].

Avec les informations de Nick Boisvert de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !