•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des camionneurs se sentent traités différemment dans leur milieu à cause de la pandémie

Deux camions-remorques sur une autoroute.

Des camionneurs doivent sortir du Canada chaque semaine pour transporter des biens. Au Nouveau-Brunswick, ils sont considérés comme étant des travailleurs essentiels et ils n'ont pas à s'isoler pendant deux semaines à leur retour.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les camionneurs ont le statut de travailleurs essentiels, ils n'ont pas à s'isoler lorsqu'ils rentrent à la maison, et certains déplorent qu'il est parfois compliqué pour eux de recevoir des services dans leur communauté.

Le camionneur Bernard Robichaud affirme que son rendez-vous pour une massothérapie a été annulé en raison de ses déplacements. On est essentiel, c'est ce qu'ils nous disent, qu'on est essentiel, mais il faudrait que l'essentiel vienne avec des services, dit-il.

Ses homologues Serge-André Godin et Sébastien Lagacé disent avoir eu de la difficulté à obtenir un rendez-vous chez leur dentiste.

Elle a été correcte. Ç’a pris [quelques] jours, puis ils m'ont accommodé. C'était ben correct. Mais c'est qu'au début, on dirait que c'était une claque en pleine face, explique Serge-André Godin.

Serge-André Godin dans son camion via zoom.

Serge-André Godin a eu des difficultés à obtenir un rendez-vous chez le dentiste.

Photo : Radio-Canada

Des fois, on se fait sentir comme si on amène la maladie au Canada, mais avec tous les processus qu'il faut qu'on suive, en fin de compte, moi, je n'ai jamais su qu'il y avait un camionneur qui a été malade, ajoute Sébastien Lagacé.

Le contrôle des infections, nous autres, on le prend de façon très sérieuse, souligne le directeur de la Société dentaire du Nouveau-Brunswick, Paul Blanchard.

La Société dentaire reconnaît que ses membres peuvent refuser des clients qui sont sortis de la province, mais elle leur recommande quelques moyens pour les accueillir de façon plus sécuritaire.

Ces gens-là devraient être traités vers la fin de la journée si possible. [...] Il y aurait moins de monde alentour, disons. Ça fait que le risque est moins élevé, explique Paul Blanchard.

Un rouage essentiel de l’approvisionnement

Le transport de marchandises par camion joue un rôle crucial dans l'économie, et ce, autant pour exporter la production locale que pour importer qui est produit ailleurs.

Même s'ils ressentent parfois le poids du jugement de certaines personnes, ces camionneurs demeurent fiers de leur contribution à l'économie.

Il faut que le monde réalise que tout ce que les personnes touchent, ç'a été transféré par un camionneur d'un point A à un point B, indique Sébastien Lagacé. Si on arrêtait deux ou trois jours, il n’y aurait plus rien sur les étagères [des supermarchés] et ça prendrait des mois à récupérer.

Sébastien Lagacé dans son camion via zoom.

Sébastien Lagacé rappelle que les camionneurs sont des travailleurs essentiels et que sans eux, les biens ne parviendraient pas à leur destination.

Photo : Radio-Canada

Tu te dis : "Écoute, je ne m'arrêterai pas à cause de ça." Je vais continuer parce que moi ça me fait plaisir que d'autres personnes vont en profiter. Même si la personne va te juger, bien, moi je suis bien content qu'elle va avoir son 2 par 4 et qu'elle peut bâtir [sa remise], conclut Serge-André Godin.

D'après un reportage de Serge Bouchard

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !