•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La publication Ryerson Review of Journalism retire le nom « Ryerson » de son titre

Une statue couverte de peinture rose.

L'été dernier, de la peinture rose a été lancée sur la statue d'Egerton Ryerson qui se trouve sur le campus de l'université qui porte son nom.

Photo : CBC/Evan Mitsui

Radio-Canada

La revue étudiante connue sous le nom de Ryerson Review of Journalism va temporairement retirer le nom « Ryerson » du titre de la publication.

Le magazine semestriel publié par l’école de journalisme de l’Université Ryerson, à Toronto, se nommera plutôt la Review of Journalism, la Review ou la RJ jusqu'à la fin du semestre hivernal 2021.

Cette décision intervient après que l'école de journalisme eut annoncé en décembre qu'elle examinerait les noms de ses deux publications étudiantes, la Review et le Ryersonian, compte tenu de l'héritage du personnage historique éponyme de l’université torontoise.

Né en 1803, Egerton Ryerson était l’architecte du système des pensionnats autochtones du Canada, qui cherchait à convertir et à assimiler les enfants autochtones à la culture canadienne, et qui les a vus souffrir d'abus psychologiques, physiques et sexuels.

L'Université Ryerson souhaite par ailleurs réviser sa relation avec le personnage qui a donné son nom à l’institution qui a ouvert ses portes en  1948.

Le recteur de Ryerson affirme que l’université a créé un groupe de travail qui recommandera des actions pour se réconcilier avec l'héritage d'Egerton Ryerson.

La Review a retiré le nom « Ryerson » presque partout sur son site web.

La Review a retiré le nom « Ryerson » presque partout sur son site web.

Photo : Capture d'écran du site rrj.ca

Les 15 étudiants en journalisme qui forment le personnel de la Review disent que même s'ils n'ont pas le pouvoir de changer le nom de la publication de façon définitive, ils souhaitent que la revue étudiante reflète le processus de réconciliation en cours.

La mission de la Review est de sonder la qualité du journalisme au Canada. L'un des principes centraux de notre mission est de favoriser la réflexion critique et la responsabilité au sein de l'industrie, peut-on lire sur le site web de la publication.

Cela signifie que nous devons également favoriser une réflexion critique et la responsabilité que nous avons à l’intérieur même de notre propre publication.

Les étudiants ont également souligné les appels à l'action de la Commission de vérité et réconciliation, qui demande entre autres de mieux éduquer les étudiants en journalisme canadiens sur l'histoire des peuples autochtones.

Les questions entourant la relation de l'Université Ryerson avec son homonyme abondent dans les dernières années.

En 2010, l'école a publié une déclaration disant que bien que Ryerson n'ait pas mis en place ni supervisé les pensionnats autochtones, ses croyances ont influencé, en partie, la création de ce qui est devenu le système des pensionnats.

Huit ans plus tard, l'école a ajouté une plaque à côté d'une statue de Ryerson qui est affichée au centre de son campus.

En tant que surintendant principal de l'éducation, les recommandations de Ryerson ont joué un rôle déterminant dans la conception et la mise en œuvre du système des pensionnats, peut-on y lire.

La question est revenue sur le devant de la scène au cours de l'été. En juillet, la statue de Ryerson de l'école et un monument à John A. Macdonald située devant l'Assemblée législative de l’Ontario ont tous deux été éclaboussés de peinture rose.

Avec des informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !