•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jeune Saskatchewanais meurt après avoir probablement joué au « jeu du foulard »

Cash Anderson à droite de sa mère Melanie alors que l'enfant est assis sur ce qui semble être un lit d'hôpital.

Le jeune Cash Anderson était considéré comme un enfant énergique qui adorait le skateboard et passer du temps à l'extérieur.

Photo : Tirée de Facebook

Le jeu du foulard, un défi populaire dans lequel les enfants bloquent leur respiration au point de s’évanouir, pourrait avoir été fatal pour un Saskatchewanais de 13 ans.

Le soir du 6 février, Melanie Anderson a retrouvé son fils, Cash Anderson, à genoux dans son garde-robe, une ceinture autour du cou dans leur maison de Saskatoon.

La mère de famille avait appelé son fils à plusieurs reprises parce qu’elle devait l’aider à travailler sur un projet scolaire, mais celui-ci ne répondait pas.

Melanie Anderson, essayant de donner un peu d’espace à son fils qui voulait montrer à ses parents qu’il était indépendant, n’a pas insisté.

Elle aura bien entendu un bruit étrange à un moment donné venant de sa chambre, mais sans que cela n'éveille ses soupçons.

Vers 20 h, elle s'est décidée à aller réveiller son fils, pensant qu’il s’était simplement endormi. C’est en regardant dans le garde-robe de l'enfant qu’elle l’a trouvé, mais il était déjà trop tard.

J’étais sous le choc. Quand j’ai réalisé qu’il était mort et que je ne pouvais rien faire pour le ranimer, mon premier instinct a été d’appeler son père et la police.

Une citation de :Melanie Anderson, mère de Cash Anderson

Un défi relevé sur les réseaux sociaux?

Photo du jeune Cash Anderson, souriant.

Melanie Anderson pense que son fils a relevé un défi sur les réseaux sociaux.

Photo : Tirée de Facebook

Melanie Anderson est convaincue que son fils ne s’est pas suicidé, mais qu’il essayait plutôt de relever un défi partagé sur les réseaux sociaux comme YouTube, SnapChat ou TikTok.

Elle souhaite mettre les parents en garde contre les dangers d’Internet et des réseaux sociaux.

Elle leur conseille notamment d'installer une application parentale sur les téléphones de leurs enfants afin de pouvoir bloquer l’accès à certains contenus et de contrôler leur accès et le temps qu'ils passent en ligne.

À l’heure actuelle, rien n’indique que la mort du garçon soit due à un défi en ligne. Melanie Anderson essaie de faire débloquer le téléphone de son fils pour en relever le contenu.

Le jeu du foulard

Le jeu du foulard, est un défi dangereux qui consiste à cesser de respirer le plus longtemps possible. Cela permet de vivre un sentiment d’euphorie après avoir interrompu le flux de sang et d’oxygène vers le cerveau, selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies.

Selon le professeur d’éducation aux technologies de l’information à l’Université de Regina Alec Couros, les jeunes participent à ce genre de défis dans le but de se faire accepter par leurs pairs.

C’est la volonté de se faire remarquer, de se sentir accepté. Les réseaux sociaux peuvent parfois servir de placebo ou d’alternative pour certains besoins qu’ont les jeunes ou les adultes.

Une citation de :Alec Couros, professeur d’éducation aux technologies de l’information à l’Université de Regina

Selon le professeur assistant au département de psychiatrie de l’Université McGill Samuel Veissière, la solitude devant les écrans peut en partie expliquer le souhait des jeunes de relever ce type de défi.

Avec l’isolement dû à la pandémie, les jeunes ont redoublé leur temps d’écran, mais aussi leur besoin de connexion et d’aventures, sans pour autant avoir accès à un cadre pour assouvir leurs besoins fondamentaux.

Une citation de :Samuel Veissière, professeur assistant au département de psychiatrie à l’Université McGill

Ce type d’incident tragique n’est pas isolé malheureusement. En Italie, au mois de janvier, une fille de 10 ans est morte après avoir été retrouvée elle aussi, avec une ceinture autour du cou.

À la suite de cet accident, de nombreux parents italiens ont critiqué l’influence des réseaux sociaux, comme TikTok et Instagram, sur leurs enfants. Toutefois, d’après des vérifications effectuées par Radio-Canada, rien ne semble prouver l’existence du défi sur ces plateformes au moment de l’incident.

Avec les informations de Karel Houde-Hébert

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !