•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vaccination dans 200 foyers de soins du N.-B., l'opposition veut plus d'information

Une infirmière vaccine un homme contre la COVID-19 le 9 janvier 2021 à Taverny, en France.

Vaccination: le gouvernement du N.-B. manque de clarté, selon l’opposition

Photo : Reuters / Benoit Tessier

Radio-Canada

L’opposition libérale au Nouveau-Brunswick accuse le gouvernement progressiste-conservateur de ne pas être assez transparent et de mal communiquer à la population les détails de sa campagne de vaccination contre la COVID-19.

Cette semaine, 200 séances de vaccination ont lieu dans les foyers, mais trop de détails resteraient imprécis, croient certains députés.

Jean-Claude D'Amours, porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé, s'inquiète de la difficulté à obtenir des informations.

Les gens apprennent à la dernière minute qu'il va y avoir des cliniques de vaccination dans les résidences. Les membres des familles ont besoin aussi d'être informés, dit le député libéral d’Edmundston-Madawaska Centre.

À son avis, même si le gouvernement a présenté un plan général de vaccination, on ne sait pas trop où il s'en va, concrètement.

Il faut que le gouvernement arrête d'essayer de cacher de l'information. Il faut qu'il soit transparent pour que les gens puissent savoir qu'est-ce qui s'en vient au cours de la prochaine semaine, et au cours des prochains mois, déclare M. D’Amours.

Trop de questions

Parmi les questions sans réponse : où seront situées les cliniques de vaccination? Quels professionnels de la santé donneront ces vaccins? Les pharmaciens pourront-ils vacciner des membres du public contre la COVID-19? Comment les gens pourront-ils s'inscrire aux cliniques de vaccination?

Portrait de Jean-Claude d'Amours.

Jean-Claude D'Amours, député libéral d'Edmundston-Madawaska Centre.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

De plus, selon M. D’Amours, le Nouveau-Brunswick fait pâle figure comparé à ses voisins.

On s'aperçoit qu'on est beaucoup plus avancés en Nouvelle Écosse, on est beaucoup plus avancés au Québec, dit-il. On est tellement avancés au Québec qu'ils vont débuter la vaccination communautaire.

La ministre de la Santé, Dorothy Shephard, n'était pas disponible mercredi pour répondre aux questions à ce sujet.

Gérald Richard, le sous-ministre de la Santé du Nouveau-Brunswick, a rappelé l'intention du gouvernement de vacciner le plus de résidents des foyers de soins possible avant la fin du mois de mars.

D’après le reportage de Michel Corriveau

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.