•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kent Nagano de retour à Montréal

Un homme avec une baguette de chef d'orchestre fait la pose.

Kent Nagano est le troisième maestro seulement à recevoir le titre honorifique de chef émérite de l'OSM, après Wilfrid Pelletier et Zubin Mehta.

Photo : Avec l'autorisation de l'OSM / Sergio Veranes

Radio-Canada

L'ancien directeur musical de l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) est de retour au Québec pour recevoir le titre honorifique de chef émérite et enregistrer trois concerts virtuels forts attendus.

Un texte de Louis-Philippe Ouimet

Confiné à Montréal depuis plusieurs jours, le maestro Kent Nagano est enthousiaste à l'idée de renouer avec les mélomanes d'ici. Visiblement reposé, en entrevue, il ne cesse de louanger Montréal et l'OSM : Je dois dire que c'est formidable d'être de retour après un an. De voir Montréal en plein soleil, la nature; on est très content d'être encore ici.

La pandémie a complètement changé les plans de l'Orchestre symphonique de Montréal, qui devait présenter le grand concert d'adieu de Kent Nagano à l'été 2020. Forcé de se réinventer, l'OSM a décidé d'enregistrer au cours des prochains jours trois concerts virtuels avec le chef d'orchestre qui seront diffusés successivement les 9, 16 et 23 mars pour une durée de trois semaines.

Un chef d'orchestre sur scène entouré d'une trentaine de musiciens et musiciennes, devant un public.

Le chef Kent Nagano et ses troupes lors de la « Symphonie montréalaise » en mai 2017, à l'occasion du 375e anniversaire de Montréal.

Photo : Courtoisie OSM / Antoine Saito

À la fin de la saison dernière, à cause des mesures sanitaires, ce n’était pas possible de faire les concerts qui étaient prévus, explique le chef d’orchestre en entrevue via Internet.

Ces concerts étaient conçus comme un survol du répertoire que l'OSM et moi avons exploré au cours des dernières saisons. On voulait faire un bilan. Il y avait beaucoup de grandes œuvres. Pour les trois concerts, c'est impossible aujourd'hui d'interpréter le programme original à cause du nombre limité de musiciens qui peut monter sur scène. Mais l'idée demeure la même : faire un bilan.

Au menu, on pourra entendre entre autres des œuvres de Mozart, de Poulenc, de Haydn et, bien sûr, de Beethoven.

À ces retrouvailles, qui ont lieu plus d'un mois après la nomination du chef Rafael Payare à la direction musicale de l'OSM, s'ajoute un grand honneur pour Kent Nagano, celui de devenir le troisième chef émérite de l'orchestre.

Auparavant, seuls Wilfrid Pelletier (1896-1982) et Zubin Mehta (1936- ) avaient obtenu le titre de chefs émérites.

Un chef d'orchestre avec sa baguette et un cahier de partitions. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef émérite Wilfrid Pelletier est devenu en 1934 le premier directeur artistique de l'Orchestre symphonique de Montréal, alors nouvellement créé.

Photo : Courtoisie OSM

C'est pour moi une invitation profondément émouvante, j'étais vraiment touché par cette invitation inattendue à devenir chef émérite. C'est quelque chose de rare, qui ne se passe pas très souvent. [...] C'est un grand honneur, je suis touché au cœur, dit Kent Nagano.

Même si ce titre ne crée aucune obligation de part et d'autre, l'ancien directeur musical de l'OSM ajoute : Ça symbolise de manière concrète le fait que notre relation dure depuis 16 ans, que ce n’est pas le temps d'arrêter. Il y a consensus entre l'OSM et moi-même [sur le fait] que cette relation est tellement riche et qu'elle est toujours en train de se développer. [...] C'était trop tôt pour [qu'elle s'arrête]­.

« Ce titre, c'est une manière de démontrer que ma relation [avec l'OSM] va continuer. Ça va aussi montrer que je peux continuer d'avoir une relation avec la grande culture québécoise et la ville de Montréal. »

— Une citation de  Kent Nagano

Cette visite de Kent Nagano à Montréal a lieu près d'un an après la fermeture des grandes salles de spectacles. Après les concerts virtuels à Montréal, le chef d'orchestre se rendra entre autres à Détroit, à Berlin et à Hamburg pour y donner des concerts.

Pour l'instant, le chef n'ose pas trop s'avancer sur le retour des grands événements devant public : Pour la première fois depuis plusieurs années, pour moi et pour le reste du monde, on ne peut pas planifier le futur. Je ne sais pas combien de fois on a fait un plan A et un plan B, et qu'à la fin de la journée, il a fallu faire un plan C, D, E, F et G.

On ne sait pas exactement quel sera le futur. [...] Je peux dire qu’il y a un consensus sur le fait que, peut-être vers la fin de 2021, ou en janvier 2022, on pourrait oser penser que les concerts en présentiel pourraient recommencer.

Cette période étrange, très dangereuse et qui n'est pas terminée, a poussé les gens à réfléchir, et ça m'inclut bien sûr. [...] On peut voir certaines choses comme un cadeau, un moment de pause, de silence et de réflexion, pour se concentrer sur la qualité au lieu de la quantité.

3 concerts sous la direction de Kent Nagano

  • De Beethoven à Poulenc : Kent Nagano entre réflexion et raffinement (du 9 mars au 30 mars)
  • Cordes, vents et piano : l'art du contraste selon Kent Nagano (du 16 mars au 6 avril)
  • Surprise et triomphe : Kent Nagano dirige Haydn et Mozart (du 23 mars au 13 avril)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !