•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hydro-Manitoba : le rapport d'enquête sur Keeyask et Bipole III dévoilé vendredi

Un chantier de contruction d'une centrale hydroélectrique.

La centrale électrique Keeyask a commencé à produire de l'électricité la semaine dernière.

Photo :  Hydro- Manitoba

Un rapport attendu de longue date au sujet de deux énormes projets d’Hydro-Manitoba sera dévoilé vendredi, annonce le premier ministre, Brian Pallister.

Le rapport d’enquête, dirigé par l’ancien premier ministre de la Saskatchewan Brad Wall se penche sur les projets de la centrale Keeyask, dans le nord du Manitoba, et de la ligne électrique à haute tension Bipole III. Cette dernière doit relier le réseau électrique de la province à celui des États-Unis, et Hydro-Manitoba espérait ainsi vendre de l’électricité aux États américains de l’autre côté de la frontière.

Les deux projets importants avaient été ordonnés par le Nouveau Parti démocratique lorsqu’il était au pouvoir. Tous deux ont connu de multiples problèmes, et les coûts associés ont explosé par rapport aux prévisions.

C’est un poids de 10 milliards de dollars qui repose sur les Manitobains. Ça soulève des questions, dit Brian Pallister en conférence de presse. Ce poids met de la pression sur les prix de l’électricité facturés par Hydro Manitoba, et cette pression va, j’en suis sûr, s’accroître au fil des ans.

La centrale Keeyask a tout juste commencé à produire de l’électricité la semaine dernière, après sept ans de travaux. Le projet, au départ, devait coûter 6,5 milliards de dollars et être mis en service en novembre 2021. En 2017, Hydro Manitoba a revu à la hausse ses estimations de coûts, qui sont passées à 8,7 milliards de dollars.

La ligne électrique Bipole III, quant à elle, a été terminée en 2018. En 2007, l’entreprise de la Couronne estimait que sa construction coûterait 2,2 milliards de dollars. Onze ans plus tard, en 2018, Hydro-Manitoba évaluait les coûts à 5,04 milliards de dollars.

Brad Wall avait été engagé par le gouvernement manitobain en 2019 pour faire la lumière sur ces projets et les dépassements de coûts.

Gaspillage d’argent pour les partis d’opposition

Le but est de comprendre ce qui a mal tourné pour éviter de refaire les mêmes erreurs, a poursuivi Brian Pallister. Le premier ministre affirme avoir vu une ébauche du rapport, mais pas la version finale.

Brad Wall regarde tous les aspects dans le processus de décision, comment les projets ont déraillé, pourquoi rien n’a été changé en cours de route…, précise le premier ministre, qui ajoute, tout de même, qu’il n’y avait aucun soupçon de nature criminelle dans le rapport.

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Wab Kinew, décrie, quant à lui, un rapport fait par le roi du charbon. Brad Wall vient d’une province qui repose sur de l’énergie sale et il ne connaît rien à l'hydroélectricité, déclare-t-il.

Les investissements effectués par Hydro-Manitoba ont été approuvés au fil des ans par la Régie des services publics. M. Pallister a peur de la Régie et c’est pour cela qu’il veut faire voter une loi pour lui enlever son rôle de contrôle. Je m’attends à ce que ce rapport soit un instrument politique pour la dérégulation de notre électricité, ajoute Wab Kinew.

Je ne pense pas que ce rapport sera particulièrement juste. Je pense que c’est un gâchis d’argent de dépenser des millions sur un autre rapport, affirme, pour sa part, le chef du Parti libéral, Dougal Lamont.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !