•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feu vert pour un projet-pilote de mini-chalets dans la forêt Larose

Un mini-chalet dans la forêt, sous la neige.

Un promoteur veut exploiter six mini-chalets dans la forêt Larose, à l’image de celui-ci qui peut être loué dans le secteur de Pakenham à l’ouest d’Ottawa.

Photo : CABINSCAPE

Radio-Canada

Les maires des Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) n’ont pas eu à se faire tirer l’oreille trop longtemps pour donner leur aval à un projet-pilote de deux ans visant à doter la forêt Larose de six mini-chalets locatifs.

Il faut dire que les CUPR n’ont pas grand-chose à perdre.

Comme l’explique le directeur de l’urbanisme et de la foresterie des CUPR, Louis Prévost, le promoteur du projet-pilote, l’entreprise Xpertek de Vars, assume en grande partie les risques associés à l’aventure.

Ce qui est attirant pour les [CUPR], c’est qu’il n’y a pas d’argent [à investir] pour les infrastructures. C’est le promoteur qui est responsable du financement [du projet-pilote], de la réservation et de l’entretien, poursuit M. Prévost.

L’idée, raconte David Ryan, copropriétaire de l’entreprise Xpertek, c’est d’offrir une option d’hébergement à proximité des sentiers de la forêt Larose qui sont populaires auprès d’un nombre grandissant d’amateurs de raquettes, de ski de fond et de vélo, pour ne nommer que ceux-là.

Comment fait-on pour améliorer l’offre [d’hébergement] tout en respectant l’environnement, pour trouver une façon de valoriser la forêt pour en assurer sa pérennité ?, se demande David Ryan.

Justement, les pourparlers à venir porteront notamment sur le type d’habitation qui pourrait s'intégrer le mieux à la vision de développement durable des CUPR, qui exploitent les plus de 10 000 hectares de superficie qu'occupe la forêt Larose.

Préférence à des habitations en bois

Amateur de vélo de montagne, David Ryan puise, entre autres, son inspiration dans les nombreux voyages qu’il a effectués au Canada ou à l’étranger, au fil des ans.

Le promoteur veut prioriser un concept à aire ouverte conjuguant modernité et confort.

[Nous avons] commencé à réfléchir sur notre capacité […] de créer une cabine, de la bouger et de l’amener [dans la forêt Larose]. […] Nous sommes beaucoup plus des artisans du bois. Alors, ce que l’on préfère de loin, c’est [une habitation] qui est en bois, ajoute David Ryan.

Un autre aspect qui fera aussi l’objet de discussions : les endroits où pourraient être installés les six mini-chalets en question.

Certaines habitations pourraient être installées tout près des aires de stationnement. Toutefois, les amateurs de grandes randonnées ne seront pas en reste, assure M. Ryan.

Je pense que la solution, ça va être d’avoir un certain mixte. […] T'as l’aventureux comme moi qui dit qu’il faut faire au moins 20 minutes de raquettes ou au moins dix minutes en vélo pour te rendre à ta cabine. Ça fait partie de l’aventure, pense-t-il.

Le promoteur espère compléter la construction de ses mini-chalets d’ici la fin du mois d’août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !