•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sondage : 9 travailleurs sur 10 souhaitent poursuivre le télétravail après la pandémie

Une femme de dos assise devant un ordinateur.

Des milliers de fonctionnaires ont été appelés à travailler de la maison en mars après que le Conseil du Trésor a demandé aux gestionnaires de permettre au maximum le télétravail.

Photo : Radio-Canada / Pierre-Paul Couture

Près de neuf travailleurs sur dix en télétravail à cause de la COVID-19 souhaitent conserver, entièrement ou en partie, ce mode de vie après la pandémie, selon un sondage SOM-ICI Ottawa-Gatineau.

La région de la capitale nationale, qui comptait plus de 127 000 fonctionnaires fédéraux en 2020 selon le Conseil du Trésor, a été particulièrement touchée par la crise sanitaire depuis que le gouvernement a placé la majorité de ses employés en télétravail.

Le sondage, mené en ligne auprès d’un millier de résidents de la région du 5 au 11 février, révèle que près de 40 % des répondants sont actuellement en télétravail, à temps plein ou à temps partiel, en raison de la pandémie.

Les chiffres montrent également que 35 % des répondants ne travaillent pas. Ainsi, une majorité de la population active se trouve actuellement en télétravail. Parmi les répondants occupant un emploi, 63 % d’entre eux le font à distance.

De ce groupe, 88 % souhaitent continuer à travailler à la maison une fois la pandémie terminée.

Une même proportion de travailleurs (44 %) souhaite rester en télétravail à temps plein qu’en mode hybride, c’est-à-dire en alternant entre la maison et le travail.

Un changement de perception

Selon Éric Lacroix, vice-président et chef de la stratégie d'affaires de la firme SOM, le confinement a permis à plusieurs travailleurs d’expérimenter le travail à distance et la majorité d’entre eux l’apprécient.

Il faut croire que cette année de pandémie qui s’achève a définitivement changé la perception que les gens avaient du télétravail et elle génère quand même de l’intérêt pour que ça se poursuive, ajoute-t-il.

M. Lacroix anticipe un changement des habitudes au sein des entreprises qui peuvent opérer en télétravail lorsque la pandémie sera terminée.

Les répondants qui souhaitent le plus retourner physiquement sur leur lieu de travail sont les personnes âgées de 55 à 64 ans. Les travailleurs de 18 à 34 ans sont davantage séduits par le mode hybride.

Les jeunes plus nombreux à se rendre au travail

Les répondants les plus aisés, c’est-à-dire dont le revenu familial est de 100 000 $ ou plus, sont les plus nombreux à se trouver en télétravail à temps plein, selon les résultats de l’étude. Les personnes âgées de 35 à 54 ans, les parents et les diplômés universitaires sont également surreprésentés dans cette catégorie.

À l’inverse, les répondants âgés de 18 à 34 ans et les locataires se rendent davantage physiquement sur leur lieu de travail.

Ce sont les gens qui sont le plus souvent dans les services essentiels d’une part, explique Éric Lacroix, de SOM. Aussi, les plus jeunes [...] vont souvent travailler dans la restauration, par exemple, ou en épicerie, donc des commerces qui sont considérés comme essentiels.

Méthodologie : le sondage a été mené en ligne auprès de 1072 citoyens de la région (568 à Gatineau et 504 à Ottawa) âgés de 18 ans ou plus, pouvant s'exprimer en français ou en anglais, du 5 au 11 février 2021. La marge d'erreur maximale est de 4,3 %, 19 fois sur 20.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !