•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les mesures d'isolement s'étendent à tous les membres d'une famille, en cas de symptômes

Des éprouvettes dans un plateau.

Si une personne ayant des symptômes de la COVID-19 va se faire tester, toutes les personnes vivant sous le même toit devront s’isoler (archives).

Photo : Reuters / Cooper Neill

Radio-Canada

La santé publique de l'Estrie resserre les règles concernant l'isolement préventif. Après les CPE, les mesures s'étendent à toute la population. Désormais, tous les membres d'une famille devront rester confinés si l'un d'entre eux présente des symptômes, et est en attente d'un test. Cet isolement devra être respecté jusqu'à l'obtention d'un résultat négatif.

Cette nouvelle mesure est appliquée depuis plusieurs semaines en Montérégie et à Montréal, précise le Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie. Elle s’applique désormais à toutes les personnes en Estrie qui ont des symptômes, et qui vont se faire dépister, explique-t-il.

Ces personnes auront droit en priorité aux tests rapides, qui sont désormais offerts dans les centres de dépistage du territoire de l’Estrie, et qui permettent d’avoir un résultat au bout d’une quinzaine de minutes. [Les tests] ne vont pas au laboratoire. Les gens les auront directement au centre de dépistage, ajoute le Dr Poirier.

Ça empêche les éclosions. Il y a des bénéfices à cette prudence supplémentaire.

Une citation de :Dr Alain Poirier, directeur de la santé publique en Estrie

Selon ce dernier, cette nouvelle mesure est une contrainte courte. Au final, c’est peut-être mieux pour éviter les éclosions, lance-t-il.

Lorsqu'un enfant présentera des symptômes, une surveillance de son état pendant 24 heures devra être faite par les parents, avant d'aller passer un test de dépistage. Chez les plus petits, il y a encore les nez qui coulent pour d'autres raisons que la COVID. Pour ceux-là, on peut attendre 24 heures à la maison avant de voir si un test [est nécessaire], précise-t-il.

Actuellement, neuf éclosions sont toujours actives dans les milieux scolaires et de garde en Estrie. Elles touchent 65 enfants et moins de 10 travailleurs. Le nombre d’éclosions diminue de jour en jour. [...] Pour le moment, ça va mieux, conclut le Dr Poirier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !