•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un agent de quarantaine accusé d'agression sexuelle et d'extorsion

Les agents ne sont pas des policiers et ne peuvent pas remettre de contravention ou procéder à une arrestation.

Le côté d'une voiture de police où il est inscrit HALTON en grosses lettres.

Selon la police régionale de Halton, l'accusé, un homme de 27 ans de Hamilton, s'est rendu à une maison d'Oakville le 18 février pour effectuer un contrôle de conformité à la quarantaine. Il y aurait exigé une amende en espèces et aurait ensuite agressé sexuellement une résidente qui refusait de payer.

Photo :  CBC / Jeremy Cohn

Radio-Canada

Un agent de contrôle de quarantaine qui patrouillait à Oakville le 18 février, en Ontario, doit répondre à des accusations.

Selon la police régionale, l'accusé à l’emploi d’une société de sécurité privée a reçu la formation de l'Agence de santé publique du Canada.

La police allègue que l’agent, un homme de 27 ans de Hamilton, s'est rendu au domicile d’une femme pour lui signifier qu'elle était en violation d'un ordre de quarantaine.

Il aurait exigé le paiement en espèces d'une amende et l'aurait agressée sexuellement lorsqu'elle a refusé.

La police n'identifiera pas le nom de la société de sécurité où l'homme – qui se fait appeler Hemant – travaillait, mais précise qu’il a été suspendu.

En vertu de la loi canadienne sur la quarantaine, des agents de contrôle désignés visitent régulièrement les lieux de quarantaine des voyageurs pour s'assurer qu'ils respectent les exigences de la quarantaine obligatoire de 14 jours.

Les agents ne sont pas des policiers et ne peuvent pas donner de contraventions ou procéder à une arrestation, ni exiger de paiement.

La police affirme qu'il pourrait y avoir d'autres victimes et demande à toute personne qui aurait vécu une expérience semblable d'appeler son service de police local.

Avec les informations de CBC News et de la Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !