•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Archives

Le 28 février 1986, Olof Palme est mystérieusement assassiné

Olof Palme en 1983.

Le premier ministre suédois Olof Palme est assassiné en pleine rue à Stockholm le 28 février 1986.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a 35 ans, le premier ministre de Suède Olof Palme était assassiné. Le mystère sur les motifs de ce meurtre demeure, encore aujourd’hui, pas tout à fait éclairci.

Un premier ministre exceptionnel

Le premier ministre suédois, Olof Palme, est mort dans un attentat. […] Il sortait d’un cinéma et se promenait dans les rues du centre-ville lorsque plusieurs coups de feu ont été tirés.

Une citation de :Jean Ducharme

Téléjournal, 28 février 1986

C’est ainsi que, le 28 février 1986, l’animateur du Téléjournal, Jean Ducharme, décrit l’assassinat en pleine rue, à Stockholm, du premier ministre de la Suède Olof Palme.

Le journaliste Jean-Michel Leprince propose par la suite une courte biographie du premier ministre suédois assassiné.

Il note qu'il est exceptionnel qu'un premier ministre d'un petit pays comme la Suède jouisse d'un rayonnement international intense comme celui que possédait Olof Palme.

En Suède, l’annonce de sa mort violente provoque une onde de choc considérable.

Premier ministre du royaume scandinave deux fois entre 1969 et 1986, Olof Palme symbolisait le modèle social suédois fondé sur le consensus et la recherche de la paix.

L’homme possédait des qualités exceptionnelles.

Né dans la haute bourgeoisie suédoise, il devient très tôt dans sa vie un militant convaincu de la justice sociale.

Il combat avec ardeur la guerre du Vietnam, le régime raciste de l’apartheid en Afrique du Sud et la course aux armements nucléaires.

Il se fait par ailleurs un promoteur très actif dans le dialogue entre pays développés et en voie de développement.

Téléjournal, 1er mars 1986

La stupéfaction et le chagrin du peuple suédois sont palpables dans le reportage de journaliste Slim Allagui présenté au Téléjournal du 1er mars 1986 et qu’anime ce jour-là Jean Ducharme.

Une foule de plusieurs milliers de citoyens de Stockholm choisissent comme emplacement d’une vigile le centre de conférence pour la paix près de l’endroit de l’assassinat d’Olof Palme.

Plusieurs se demandent qui a bien pu commettre un tel crime.

Le reportage du journaliste Jean-Luc Chandelier, présenté également au Téléjournal le 1er mars 1986, montre que le meurtre du premier ministre suédois est entouré de mystère.

L’enquête policière est dans le brouillard, car il n’y a pas d’indices sur les motivations ou sur l’identité des coupables.

Plusieurs pistes sont explorées.

On soupçonne des extrémistes d’extrême droite allemands ou croates ou encore le gouvernement de l’Afrique du Sud.

Le mystère restera cependant entier pendant 34 ans.

Qui a tué Olof Palme?

Vaux mieux 34 ans plus tard que jamais. C’est ce qu’on pourrait dire de cette histoire que Manon Globensky va venir nous raconter.

Une citation de :Michel C. Auger, animateur de Midi info
Olof Palme en compagnie du premier ministre canadien Pierre Elliot Trudeau

Info midi, 10 juin 2020 (audio)

Photo : Radio-Canada

Le 10 juin 2020, comme nous l’apprend la journaliste Manon Globensky à l’émission radiophonique Midi info, la justice suédoise affirme avoir identifié l’assassin d’Olof Palme.

En 1986, l’enquête avait tellement été mal menée qu’elle ressemblait à une farce, selon la journaliste.

La scène du crime avait été mal bouclée. Ce sont des passants qui ont retrouvé les douilles des balles tirées contre le premier ministre suédois! Une personne est accusée puis relâchée faute de preuves.

L’assassin s’appellerait Stig Engström, selon la théorie de la justice suédoise.

L’homme détestait les orientations politiques sociales-démocrates d’Olof Palme.

Il aurait croisé dans la rue le premier ministre alors qu’il se rendait au cinéma. Il aurait décidé de l’assassiner lorsqu’il sortait après la séance.

En 2018, un journaliste, Thomas Pettersson, avait publié un livre, L'assassin improbable, dans lequel il affirmait que Stig Engström avait commis le meurtre.

Il y a cependant des problèmes avec cette théorie.

On n’a jamais retrouvé l’arme qui a été utilisée pour commettre le crime.

Puis, on ne pourra jamais confirmer hors de tout doute que Stig Engström était bel et bien le meurtrier.

Il s’est suicidé en 2000 et ne pourra donc pas valider les conclusions de la justice suédoise.

Encore plus de nos archives

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.