•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ligne d’écoute en santé mentale : le Réseau de santé en français veut se faire entendre

Une femme utilise un téléphone devant un clavier d'ordinateur portable.

La nouvelle ligne d’écoute devrait entrer en fonctionnement d’ici le 1er mars.

Photo : Getty Images / vorDa

La création d’une nouvelle ligne téléphonique qui vise à centraliser l’accès aux services de santé mentale et de toxicomanie suscite des inquiétudes auprès du Réseau de santé en français.

Selon le premier ministre Dennis King, la nouvelle ligne d’écoute entrera en fonctionnement d’ici le 1er mars et sera disponible aux Insulaires 24 heures sur 24, du lundi au dimanche.

Capture d'écran de Dennis King en conférence de presse et une fenêtre dans le bas où une femme fait le langage des signes.

Le premier ministre Dennis King a annoncé la mise en place de cette ligne téléphonique lors de son discours sur l'état de la province, lundi soir (archives).

Photo : Gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard

Le service permettra d'appuyer les personnes souffrant de problèmes de santé mentale et de toxicomanie dans leur recherche pour des traitements.

Nicole Yeba, gestionnaire de projets et des communications au Réseau santé en français, a déclaré que son organisme entamera des démarches auprès du gouvernement, dans les prochaines semaines, pour que le service de la ligne d'écoute soit bilingue.

 Avec la pandémie, notre organisme a reçu plus de demandes pour des services en santé mentale. On travaille avec le système de santé pour les sensibiliser à offrir ce service en français. 

Une citation de :Nicole Yeba, gestionnaire de projets et des communications au Réseau santé en français

Nicole Yeba explique que la barrière linguistique joue un rôle majeur dans l’offre des services de soins de santé, surtout en santé mentale, car il est plus difficile de s’exprimer dans une autre langue lorsqu’on est en situation de détresse.

Une femme donne une entrevue. Elle tient ses bras ouverts.

Nicole Yeba, gestionnaire de projets et des communications au Réseau santé en français. (ARCHIVES)

Photo : Gracieuseté Marine Ernoult / Féminins PluriElles

Besoins de personnel qualifié

Les partis d'opposition demandent de leur côté au gouvernement de prioriser l’embauche du personnel spécialisé, dans le cadre de ce nouveau projet.

La députée des Verts, Trish Altass, fait un discours en chambre.

La députée des Verts, Trish Altass. (ARCHIVES)

Photo : Assemblée législative de l'Île-du-Prince-Édoaurd

Pour la députée du parti Vert, Trish Altass, il est important que du personnel ayant une formation en santé mentale et en toxicomanie, soit embauché dans le cadre du programme.

Cette ligne téléphonique devrait vraiment disposer d’un personnel formé dans notre province et capable d’orienter les gens directement vers les bons services .

Une citation de :Trish Altass, députée du parti Vert

Elle ajoute que le triage rapide réalisé à l’aide de la ligne d’écoute est très important, mais que le gouvernement devrait aussi s’assurer que le temps d’attente pour obtenir le traitement soit raisonnable.

Si les personnes sont orientées vers des services et doivent encore attendre des semaines ou des mois pour y accéder, alors nous n’avons pas vraiment traité les causes profondes de ce problème, explique Mme Altass.

Du renfort contre la crise des opioïdes

La nouvelle ligne d’écoute se joint aux efforts de la province dans la lutte contre la crise des opioïdes. Depuis 2016, 29 personnes sont mortes à cause de ces substances, à l’Île-du-Prince-Édouard, selon la santé publique de l’île.

En 2020, le nombre de surdoses accidentelles et de décès liés à l’usage d’opioïdes, notamment le fentanyl, a fortement augmenté. Entre janvier et septembre, l’île a comptabilisé six décès accidentels liés aux opioïdes, dont trois liés au fentanyl. En 2019, la province n’avait recensé aucune mort liée au fentanyl.

Le gouvernement provincial prévoit aussi de créer un centre de bien-être et de santé mentale d’ici l’automne.

Avec des renseignements de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !