•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le casse-tête du transport pour la vaccination des aînés de la Capitale-Nationale

Une personne d'apparence jeune tient les mains d'une personne âgée.

Le transport sera un défi à relever.

Photo : iStock

À l’approche du début de la campagne de vaccination massive des personnes de 80 ans et plus dans la région de la Capitale-Nationale, un des défis importants demeure le transport des aînés vers les centres de vaccination.

Pour l’instant, trois centres sont prévus sur ce territoire qui s’étend de Portneuf à Charlevoix, soit le centre de foires d’ExpoCité, le centre Roland-Dion à Saint-Raymond et le centre de curling de Clermont.

Dans la région, la vaccination des aînés va débuter le 8 mars prochain.

Analyse des besoins

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale tente présentement de déterminer combien de personnes pourraient avoir besoin d’un service de transport, afin de mettre en place des solutions.

On travaille avec les communautés de transport à mobilité réduite de la région pour avoir leurs listes d'usagers. On travaille aussi avec le soutien à domicile. On va être capables de planifier le transport et voir quel serait le meilleur moyen de transport, explique la responsable de la vaccination au CIUSSS, Patricia McKinnon.

Les offres de transport dépendront de la situation de chaque personne.

Est-ce qu'un proche aidant pourrait les accompagner, est-ce qu'un taxi peut être offert et sinon, comment on est capables d'aller chercher les gens avec des organismes communautaires dédiés au transport? Notre priorité est de permettre l’accès, illustre Patricia McKinnon au micro de l’émission Première Heure.

Les aînés qui n’auront pas été identifiés par les organismes communautaires ou de transport, pourront aussi faire connaître leurs besoins en transport lors de leur prise de rendez-vous.

Lors de l'inscription, on va pouvoir valider cette information-là avec eux et si on voit qu'il n'y a aucun moyen, on va mettre tous les moyens nécessaires pour pouvoir y arriver. L'accès à la vaccination est un défi parce que le territoire est très grand, mentionne madame McKinnon.

Une dame montre un tableau de planification dans le centre de vaccination d'ExpoCité.

D'autres centres de vaccination

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale souhaite également pouvoir ouvrir d’autres centres de vaccination dans les prochains jours ou les prochaines semaines.

Présentement, nous sommes en appel d'intérêt. L'appel d'intérêt se terminera le 26 février. Il vise à ce que les exploitants de grandes surfaces, les centres commerciaux, puissent signifier les pieds carrés qui sont disponibles, qu'on pourrait louer pour la vaccination, précise Patricia McKinnon.

Nouveaux vaccins, nouvelles stratégies

L’arrivée de nouveaux vaccins pourrait aussi faciliter les déplacements et la vaccination dans les secteurs plus éloignés.

Les vaccins de Moderna et Pfizer nous donnent une plus grande limitation au niveau du transport des vaccins. Dès qu'on arrivera avec d'autres types de vaccin, d'autres stratégies de vaccination seront à notre portée. Ils n'auront pas la contrainte du -80 ou du -20 degrés pour la conservation, explique Patricia McKinnon.

Contrairement à d’autres régions, comme la métropole, le stationnement sera gratuit pour tous les centres de vaccination de la Capitale-Nationale.

Pénurie de personnel

Une fois les questions du transport et des centres de vaccinations réglées, il y a aussi la pénurie de vaccinateurs, qui pourrait causer quelques maux de tête aux responsables de la campagne de vaccination.

Il en manque présentement 400 dans la région de la Capitale-Nationale. Le CIUSSS mène une opération de recrutement et revoit en parallèle ses façons de faire afin de rendre les centres de vaccination encore plus efficaces.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !