•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet de circuit automobile en milieu rural sème la discorde

Une image de synthèse d'un projet de circuit automobile.

Le projet prévoit quatre pistes de course, mais aussi un hôtel.

Photo : Badlands Motorsports Resort

Radio-Canada

Sept médecins ont acheté, il y a 15 ans, un terrain près de Rosebud, à 100 km à l’est de Calgary, pour y construire des pistes de course automobile. Des fermiers de l'endroit s’y opposent.

Badlands Motorsports Resort, le groupe qui porte le projet, souhaite commencer les travaux cet été. Il assure qu'il a tous les permis nécessaires.

Sur le terrain de près de 170 hectares sont prévus notamment quatre pistes de course, une piste de kart, un hôtel d’une centaine de chambres et un aménagement résidentiel. Selon Badlands Motorsports Resort, le projet est estimé à 500 millions de dollars et permettrait d'employer jusqu’à 200 personnes. 

Il y a beaucoup de voitures et de personnes qui ont des voitures et elles ne peuvent pas en profiter pleinement, affirme James Zelazo, le directeur financier du projet. C'est le fils de l’un des médecins à l’origine de l’achat du terrain. 

La première phase du projet prévoit seulement la construction d'une piste et de bâtiments temporaires. Son coût est évalué à 30 millions de dollars, selon M. Zelazo. 

À cela s’ajoutent 15 millions de dollars pour aménager une route permettant l'accès au site. M. Zelazo pense que le gouvernement provincial pourrait financer cette partie du projet.

D’après M. Zelazo, le groupe a pour l'instant rassemblé 5 millions de dollars. Il dit que 250 personnes, principalement de la région, ont chacune versé un acompte de 1000 $ pour devenir membres du circuit automobile. 

Selon Darryl Drohomerski, le directeur général de la Ville de Drumheller, qui se trouve à 35 km au nord de Rosebud, ce projet représente l'occasion de voir une catégorie différente de la population profiter de cette région. Si le projet est construit comme il est représenté sur les images de synthèse, il pense que ce sera un véritable joyau

Le gouvernement albertain n’a pas répondu aux demandes d’entrevue de CBC/Radio-Canada.

Des dizaines de fermiers s'opposent au projet. Parmi eux, Wendy Clark, qui possède 800 hectares de champs de céréales dans la région. Nous sommes vraiment en colère, dit-elle. 

Elle parle d’un complexe envahissant : Lorsqu'on vit ici, on se rend compte presque instinctivement que c’est son travail de prendre soin de cette vallée fluviale. 

Recours environnementaux en cours

Mme Clark et d'autres fermiers ont fait valoir auprès de la Commission albertaine d’appel en matière d'environnement que le projet causera des dommages irréversibles à l’environnement, notamment aux milieux humides. L’appel est toujours en cours. 

Les fermiers souhaitent également que le gouvernement fédéral s'oppose au projet afin de protéger les hirondelles de rivage, une espèce protégée par la Loi sur les espèces en péril. Ils ont déposé une requête auprès de la Cour fédérale du Canada l’an dernier. Une audience est prévue à la fin du mois d'avril. 

Dans une déclaration envoyée à CBC/Radio-Canada, Environnement Canada précise que l’élaboration d’une stratégie de protection des hirondelles de rivage est en cours et qu’elle doit définir les menaces qui pèsent sur cette espèce et ses habitats. 

Cependant, le Ministère précise que l’autorisation d'utiliser le terrain près de Rosebud pour y construire une piste de course relève du gouvernement provincial. 

Badlands Motorsports Resort affirme avoir le droit d’aller de l'avant, puisqu'il s'agit d’un terrain privé et que la vallée sera protégée. 

M. Zelazo précise que les milieux humides sont déjà bien souvent asséchés et que, même s’il y a des nids, il n’a pas vu beaucoup d’hirondelles. Il n’est pas certain qu'elles soient encore présentes dans la région. 

Les propriétaires terriens de la région avaient proposé de racheter la parcelle à Badlands Motorsports Resort en 2013, mais, selon M. Zelazo, cette proposition n'intéressait pas le groupe.

Il ajoute que, si les fermiers continuent de s’opposer au projet, ce qui entraînerait des retards, il pourrait envisager d’engager une poursuite afin de récupérer les coûts engendrés par ces retards.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !