•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Benoit Charette devient le ministre de la Lutte contre le racisme au Québec

Benoit Charette devant des matières recyclables.

Comme le premier ministre François Legault, Benoit Charette ne reconnaît pas que le racisme systémique existe au Québec.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

C’est le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, qui prendra la tête du nouveau ministère de la Lutte contre le racisme du gouvernement du Québec, en plus de conserver ses responsabilités actuelles. Il veillera notamment à ce que les actions recommandées par le Groupe d’action contre le racisme (GACR) soient mises en place.

C’est un dossier qui me tient à cœur depuis longtemps, a assuré le ministre en conférence de presse, mercredi. Il a ajouté qu’il souhaitait faire du Québec une société encore plus ouverte et plus accueillante.

Collectivement, il nous faudra venir à bout de la croyance voulant que la solution repose uniquement sur l’autre et jamais sur soi. Nous sommes tous susceptibles d’alimenter un certain racisme, d’un certain préjugé à l’égard de certains individus ou de certains groupes.

Une citation de :Benoit Charette, ministre responsable de la Lutte contre le racisme

Il nie, à l'instar de François Legault, l'existence du racisme systémique au Québec et affirme qu'au contraire, le système du Québec protège l'ensemble des citoyens. Si on se replie derrière un concept qui est très vague, ça nous enlève une responsabilité qui nous revient.

Benoit Charette ne faisait pas partie du « Groupe des sept », un groupe d'action contre le racisme envers les minorités visibles et les Autochtones, coprésidé par la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Nadine Girault, et par Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux. Ces derniers étaient pressentis pour obtenir le poste.

C'est le député de Sainte-Rose et adjoint parlementaire du premier ministre pour les relations avec les Québécois d'expression anglaise, Christopher Skeete, qui sera nommé adjoint parlementaire. Il faisait partie du GACR.

La création d’un ministère voué à la lutte contre le racisme était l'une des 25 mesures du rapport présenté par le GACR à la mi-décembre. Ce dernier recommande aussi d’interdire les interpellations aléatoires et de créer une campagne nationale de sensibilisation contre le racisme, notamment.

Un trio pour relancer l'économie québécoise

Une nouvelle femme s'ajoute par ailleurs à l'équipe de François Legault. C’est la députée des Plaines, Lucie Lecours, qui devient ministre déléguée à l'Économie responsable des petites et moyennes entreprises (PME). Elle aura pour mandat de relancer de l’économie québécoise à la sortie de la crise engendrée par la pandémie.

La pandémie va accélérer certains changements importants en économie; je pense entre autres aux technologies de l’information. Donc, ça va être important d’avoir des gens qui ont une bonne formation et d’accompagner tous nos entrepreneurs.

Une citation de :François Legault, premier ministre du Québec

On a un trio en Santé. Bien là, on va avoir un trio en Économie avec Pierre Fitzgibbon [ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec], Marie-Ève Proulx [ministre déléguée au Développement économique régional] et maintenant Lucie Lecours, a-t-il ajouté.

Mme Lecours présidait jusqu'à maintenant la Commission des relations avec les citoyens et la Commission spéciale sur l'exploitation sexuelle des mineurs. Avant sa carrière politique, elle a été directrice générale de la Chambre de commerce et d'industrie Les Moulins.

Par ailleurs, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, qui est déjà responsable de la Côte-Nord, se voit aussi confier la région Gaspésie–îles-de-la-Madeleine.

Un choix qui soulève des doutes

La cheffe de l'opposition officielle, Dominique Anglade, estime que le choix de Benoit Charette est inadéquat, puisqu’il a maintenant la charge de deux enjeux majeurs.

C’est étonnant qu’on prenne quelqu’un qui porte déjà un dossier énorme. Le gouvernement envoie le message qu’il accorde peu d’importance à la fois aux changements climatiques et à l’inclusion.

Une citation de :Dominique Anglade, cheffe du Parti libéral du Québec

La cheffe libérale déplore aussi que Benoit Charette ne reconnaisse pas l’existence du racisme systémique dans la province. Si tu veux régler un problème, il faut nommer ce problème, a-t-elle soutenu.

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a abondé dans le même sens, en qualifiant M. Charette de ministre que M. Legault envoie dormir sur la switch, dans un tweet. Il a tellement le pied sur le frein pour lutter contre les changements climatiques, il est taillé sur mesure pour "lutter" contre le racisme systémique à la sauce caquiste : nier le problème et freiner les solutions, a-t-elle écrit.

En entrevue à La Presse canadienne, le porte-parole de Greenpeace, Patrick Bonin, a aussi déploré le double emploi de M. Charette, déjà à la tête d'un ministère de l'Environnement sous-financé.

C'est très inquiétant. Le gouvernement est rendu avec un trio économique, mais en contrepartie, on a un demi-ministre de l'Environnement.

Une citation de :Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace

En conférence de presse mercredi matin pour commenter sa nomination, M. Charette a tenté de se montrer rassurant pour ses interlocuteurs du monde de l'environnement.

Ce sont des gens avec qui je suis en contact au quotidien, a-t-il dit, en s'en remettant également au personnel de son cabinet pour assurer les suivis. On saura gérer ces deux mandats qui demeurent importants.

On ne nommerait pas un homme ministre de la Condition féminine

Fabrice Vil, avocat et instigateur du documentaire Briser le code, qui explorait la question du racisme, doute aussi que M. Charette soit la meilleure personne pour diriger ce ministère, qu'il considère comme essentiel.

Je n’ai rien contre Benoit Charette comme individu, mais ça a déjà été souligné : on ne nommerait pas un homme ministre de la Condition féminine par exemple, a-t-il déclaré dans une entrevue accordée à ICI RDI.

On comprend que pour vivre la condition féminine, il faut la vivre au quotidien. M. Charette ne vit pas le racisme par procuration.

Une citation de :Fabrice Vil, avocat

Me Vil s’interroge également sur les raisons pour lesquelles M. Charette est considéré comme l’homme de la situation, alors qu’il dirige déjà un ministère et qu'il ne siégeait pas au Groupe d’action contre le racisme du gouvernement.

Il a néanmoins assuré qu’il va laisser la chance au coureur et qu'il suivra ce que le ministre fera des recommandations du GACR, dont celles portant sur l’interdiction des interpellations policières aléatoires et celles visant à accroître la représentativité des communautés ethniques au sein de la fonction publique et des conseils d’administration des sociétés d’État.

M. Charette nous a parlé d’un tableau de bord, de suivi. J’ai hâte de voir avec quel niveau de rigueur on va augmenter le niveau de diversité au sein des groupes de pouvoir, a-t-il laissé tomber.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !