•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Ghana reçoit la première livraison mondiale de vaccins gratuits COVAX

Elle compte 600 000 doses sur un total de 2,4 millions que doit recevoir le pays.

Deux hommes transportent des boîtes de doses de vaccins à bord d'un véhicule sur le tarmac.

La première cargaison de vaccins contre la COVID-19 du programme COVAX est arrivée à l'aéroport d'Accra, au Ghana, le 24 février 2021.

Photo : AFP / Nipah Dennis

Agence France-Presse

Le Ghana a reçu mercredi la première livraison mondiale de vaccins financés par COVAX. Ce dispositif vise à fournir aux pays à faible revenu leurs premières doses de vaccins contre la COVID-19, alors que les pays riches sont accusés de le saper.

Un avion transportant 600 000 doses de vaccin AstraZeneca/Oxford du fabricant Serum Institute of India a atterri en matinée à l'aéroport d'Accra.

Ces doses, expédiées par l'UNICEF depuis Mumbai, font partie de la première vague de vaccins contre la COVID-19 à destination de plusieurs pays à revenu faible et intermédiaire, selon un communiqué commun de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de l'UNICEF.

Cette livraison représente le début de ce qui devrait être la plus grande fourniture et distribution de vaccins de l'histoire.

Une citation de :Communiqué de l’Organisation mondiale de la santé et l'UNICEF

Le dispositif COVAX prévoit de fournir près de deux milliards de doses de vaccins cette année. C'est un effort mondial sans précédent pour assurer un accès aux vaccins à tous les citoyens, ajoute le communiqué.

Anne-Claire Dufay aux côtés des représentants du gouvernement du Ghana

La représentante de l'UNICEF au Ghana, Anne-Claire Dufay, a dévoilé la cargaison de vaccins aux côtés de ceux du gouvernement du Ghana mercredi.

Photo : AFP / Nipah Dennis

Le Ghana, pays anglophone d'Afrique de l'Ouest, a enregistré 80 759 cas de coronavirus, dont 582 morts. Mais ces chiffres sont sous-évalués parce que le nombre de tests réalisés reste faible.

En tout, le pays devrait recevoir 2,4 millions de doses, a annoncé COVAX. Ce sont les travailleurs de la santé en première ligne dans la lutte contre le virus qui seront les premiers vaccinés.

Trop peu de doses pour la demande

Le système COVAX vise à fournir cette année des vaccins anti-COVID à 20 % de la population de près de 200 pays et territoires participants, mais il comporte surtout un mécanisme de financement qui permet à 92 économies à faible et moyen revenu d'avoir accès aux précieuses doses.

Il a été mis en place pour éviter que les pays riches n'accaparent l'ensemble des doses de vaccin qui sont encore fabriquées en quantités trop réduites pour répondre à la demande mondiale.

Fondé par l'OMS, l'Alliance du vaccin (Gavi) et la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (Cepi), COVAX a conclu des accords avec des fabricants pour deux milliards de doses en 2021 et a la possibilité d'en acheter un autre milliard.

Cela comprend 1,1 milliard de doses du Serum Institute of India (SII), qui produit les vaccins AstraZeneca et Novavax.

Des délais de livraison

Initialement, l'OMS et Gavi estimaient pouvoir commencer la distribution de vaccins aux pays défavorisés qui se sont joints à COVAX, en janvier ou février, mais ce délai n'a cessé d'être reporté.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le patron de l'OMS, a accusé lundi certains pays riches de « saper » le dispositif COVAX.

Certains pays riches sont actuellement en train d'approcher les fabricants pour s'assurer l'accès à des doses de vaccins supplémentaires, ce qui a un effet sur les contrats avec COVAX.

Une citation de :Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé

Le nombre de doses allouées à COVAX a été réduit à cause de cela, a-t-il ajouté.

Il parle.

Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), lors d’une conférence de presse sur la pandémie de COVID-19.

Photo : Reuters / Christopher Black/WHO

Vendredi dernier, les dirigeants du G7 ont annoncé plus que doubler leur soutien collectif à la vaccination anti-COVID, à 7,5 milliards de dollars, notamment grâce au programme COVAX.

En plus des États-Unis, l'Union européenne a doublé sa contribution à un milliard d'euros. L'Allemagne a d'ailleurs débloqué de nouveaux fonds.

Une distribution inéquitable

Alors que dans certains pays riches, les campagnes de vaccination ont commencé dès la fin de l'année 2020, de nombreux pays pauvres n'ont encore reçu aucune dose de vaccins, en particulier sur le continent africain.

La découverte de nouveaux variants, en Afrique du Sud et en Grande-Bretagne, avait aussi accéléré la ruée vers les vaccins.

Depuis le début de la pandémie, l'Afrique reste officiellement un des continents les moins touchés par le virus, mais la plupart des pays africains sont frappés par une deuxième vague qui les a forcés à revenir à des mesures sanitaires strictes.

Pour aider à accélérer la vaccination des 1,3 milliard de personnes du continent, l'Union africaine a déclaré qu'elle avait obtenu 270 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 à distribuer cette année.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !