•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Centre de crise en santé mentale : un projet bientôt déposé, promet Christine Labrie

Profil en noir d'un homme assis sur une chaise et qui a le front appuyé dans sa main.

Les appels à Tel-jeunes ont bondi depuis le début de la pandémie.

Photo : iStock

Radio-Canada

Un projet de centre de crise en santé mentale à Sherbrooke sera bientôt déposé à Québec, promet la députée de Sherbrooke, Christine Labrie.

Selon cette dernière, le projet avance. Ça progresse certainement. Il y a eu un travail très sérieux qui a été effectué par le CIUSSS et de très nombreux partenaires du milieu communautaire dans les derniers mois. On est à la veille de pouvoir enfin déposer un projet au ministère qui va être un consensus de tous les partenaires impliqués, indique-t-elle en entrevue au Téléjournal Estrie.

Le projet de centre de crise en santé mentale est une promesse électorale de la députée de Sherbrooke. Elle souligne que pour le moment, tout n’est qu’une question de technicalités avant que le projet ne soit déposé au ministère de la Santé et des Services sociaux.

Le projet qui a été fignolé ici par les différents partenaires est d’une très grande qualité et il fait la démonstration que le centre de crise répond à des besoins en Estrie et à Sherbrooke. La balle va se retrouver dans la balle du ministère très bientôt.

Une citation de :Christine Labrie, députée de Sherbrooke

Un projet de longue date

La députée solidaire reconnaît que l’attente est longue pour le centre de crise en santé mentale qui se fait toujours attendre. La première version du projet date de 1998. Mais cette année, c’est la première fois que tous les partenaires, incluant le CIUSSS, ont travaillé ensemble pour élaborer un projet déposé au ministère. Je pense que c’est le début d’une ère nouvelle dans ce projet-là, indique-t-elle, confiante.

On arrive près du but de pouvoir déposer le fruit de notre travail.

Une citation de :Christine Labrie, députée de Sherbrooke

Concernant une potentielle date d’ouverture, la députée de Sherbrooke préfère rester prudente. Au niveau de l’ouverture du service, c’est difficile à dire, parce que selon les scénarios retenus pour l’offre des services. On ne sait pas encore si ça prendra une construction ou si ça pourrait être déployé autrement au niveau de l’offre de service, conclut-elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !