•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les conseillers de La Baie dénoncent l’absence d’une ambulance en permanence la nuit

Une ambulance vue de face.

Une ambulance

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Les élus de La Baie demandent au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay-Lac-Saint-Jean d’expliquer comment il entend fournir des services d’urgence adéquats sur le territoire de l’arrondissement, dans la foulée du retrait d’une ambulance en permanence la nuit.

La résolution, adoptée à l’unanimité lors de la séance ordinaire de l’arrondissement, mardi, a été soumise par le conseiller municipal du district #15, Martin Harvey, lui-même ambulancier à la retraite et ex-représentant syndical.

Mon interrogation est assez simple. Il y a deux véhicules ambulanciers à La Baie. Depuis le 8 décembre, le CIUSSS a commencé un projet pilote. C’était de prendre tous les véhicules et de les faire déplacer partout au Saguenay. Là, on se ramasse avec la problématique que par rapport à la grandeur de la ville de Saguenay, par rapport à la distance que l’on a entre les hôpitaux, on se retrouve à ne plus avoir de véhicules de nuit, a-t-il résumé. 

Martin Harvey demande qu’un véhicule demeure à La Baie en permanence, un secteur qui, selon lui, se retrouve parfois à découvert.

S’il y a un manque de véhicules, on demande au CIUSSS d’en ajouter. C’est pour ça que j'aimerais avoir les détails de ce projet pilote. Qu’est-ce qu’il vont faire pour s’assurer qu’on ait des ambulances ici à La Baie? Notre territoire est très grand. Quand on a un véhicule qui part de Chicoutimi, c’est 18 km pour se rendre à La Baie, pointe l’élu. 

Martin Harvey rappelle que ce même dossier a fait l’objet de discussions il y a 10 ans, alors que la couverture ambulancière à La Baie était menacée.

Je comprends qu’on ne veuille pas que les véhicules fassent des voyages à vide. Mais qu’on comprenne aussi que la population a vieilli. Au niveau des centres de répartition, ce n’est plus l’être humain qui contrôle vraiment, c’est des ordinateurs. Les ordinateurs, eux autres, n’ont aucun sentiment humain, a enchaîné le conseiller, mardi soir, à la faveur d’une entrevue accordée à Radio-Canada.

Selon lui, le nouveau plan de couverture ambulancier du CIUSSS, s’il est implanté au terme du projet pilote le 8 mars, pourrait éventuellement coûter une vie.

Que vont-ils faire pour remédier à la situation? Qu’ils nous arrivent avec des solutions, pas des solutions fonctionnaristes comme : "des fois, ça prend plus de temps et ils sont classés de 1 à 7." La chanson, je la connais, a-t-il martelé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !