•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un avocat radié d'Edmonton condamné à un an de prison pour outrage

Portrait de Shawn Beaver.

Shawn Beaver a été condamné pour outrage civil pour avoir pratiqué le droit en violation d'un ordre de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta.

Photo : facebook/Shawn Beaver

Radio-Canada

Shawn Beaver, un avocat disgracié et déshonoré, doit se rendre jeudi au centre de détention provisoire d'Edmonton pour purger une peine d'un an pour outrage au tribunal.

Dans une décision cinglante de 28 pages, le juge en chef adjoint de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta, John Rooke, a souligné à maintes reprises que l’accusé était le seul auteur de son malheur.

Le juge en chef estime que Shawn Beaver a violé de façon délibérée l'ordre qui lui interdisait de pratiquer le droit en tant qu'avocat.

Après la suspension de son permis d’exercer le droit de M. Beaver et sa radiation [du barreau], ce dernier a ignoré la loi à plusieurs reprises.

Extrait de la décision de John Rooke, juge en chef adjoint de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta

Les problèmes de Shawn Beaver remontent à 2014 lorsqu'il a volé des fonds en fiducie à son cabinet d'avocats pour soutenir son style de vie, y compris de l'argent détenu en fiducie pour une personne handicapée mentale, toxicomane et sans-abri.

Son permis d’exercice a été suspendu en mai 2015 et il a été radié du barreau en février 2017.

Le détournement de fonds fait toujours l'objet d'une enquête criminelle, a déclaré mardi le service de police d'Edmonton à CBC.

Bien qu’il n'ait pas été autorisé à pratiquer le droit depuis près de six ans, le Barreau de l'Alberta et les tribunaux ont constaté qu'il recherchait à plusieurs reprises des échappatoires et qu'il continuait d'exercer secrètement.

Bien qu'il ait été radié, il s’est servi de la juriste Chipo Florence Jura en 2017 et 2018 comme façade. Lorsque le barreau a commencé à enquêter, il a demandé à cette dernière de détruire toute preuve incriminante qui pourrait être utilisée contre lui.

Il savait que ce qu'il faisait était illégal et il a essayé de le cacher, allant même jusqu'à salir la réputation de son co-conspirateur, a écrit John Rooke.

Il l'a fait pour de l'argent. M. Beaver a planifié et exécuté une entreprise clandestine illégale.

Extrait de la décision de John Rooke, juge en chef adjoint de la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta

La juriste a également été radiée. Elle n'a peut-être pas été la meilleure juriste en Alberta, mais c'est M. Beaver qui a enfoncé les clous dans le cercueil de la carrière juridique de Mme Jura, a écrit le juge en chef Rooke.

Avec les informations de Janice Johnston

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !