•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Ottaviens s’inquiètent des déplacements interrégionaux

Une vingtaine de voitures roulent sur une autoroute. Un panneau au-dessus d'elles indique : restez chez vous COVID-19.

Plusieurs régions ontariennes sont encore concernées par l’ordre de rester à la maison.

Photo : La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Radio-Canada

Alors que sept personnes pourraient avoir contracté la COVID-19 durant un covoiturage entre Toronto et Ottawa, plusieurs voix s’élèvent pour mettre en garde contre le risque associé à de tels déplacements sur la situation pandémique de la capitale fédérale.

Dans un avis diffusé mardi, Santé publique Ottawa (SPO) indique qu’un individu ayant obtenu un diagnostic de COVID-19 a été en contact avec six autres personnes durant le trajet reliant la Ville reine et Ottawa.

SPO recommande aux gens de ne se déplacer en voiture qu’avec les personnes de leur foyer, rappelle-t-on.

Ce cas de recherche de contacts survient alors qu’Ottawa est située en zone orange depuis seulement une semaine. D’autres régions de l’Ontario, comme celles de Toronto et de North Bay-Parry Sound, demeurent toutefois toujours visées par l’ordre de rester à la maison.

Il y a une inquiétude, reconnaît Jessica Cole, une serveuse de longue date du restaurant Chez Lucien, à Ottawa, qui dit avoir servi plusieurs clients venus de Toronto.

En même temps, je ne sais pas qui je côtoie quand je suis à l’épicerie ou qui je croise sur un sentier de randonnée bondé, nuance-t-elle, en précisant que la distanciation physique et les autres mesures sanitaires sont respectées sur son lieu de travail.

La devanture d'un restaurant.

Le restaurant Chez Lucien, à Ottawa

Photo : Radio-Canada / Hugo Belanger

Fleury appelle à la prudence

Le conseiller municipal de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury, relève que la présence de nouveaux variants de la COVID-19 en Ontario augmente les préoccupations quant aux déplacements interrégionaux.

Au niveau local, on n’est pas là à regarder les plaques [d’immatriculation] et les lieux de résidence. On se base sur le fait que les gens [suivent les règles] et que les mesures dans les commerces sont en place pour protéger l’ensemble de la communauté, ajoute-t-il.

L’élu d'Ottawa exhorte la population à demeurer vigilante et à ne pas baisser la garde, même si les restaurants sont ouverts, par exemple.

Mathieu Fleury est debout au milieu d'un couloir.

Mathieu Fleury, conseiller municipal de Rideau-Vanier (archives)

Photo : Radio-Canada

La dernière fois qu’on est sortis de la fermeture [...] et qu’on est tombés en zone orange, on a vu une augmentation du nombre de cas, dit-il, ajoutant que le risque de reconfinement dans les prochaines semaines ou mois est toujours présent.

Ce n’est pas parce qu’il y a 55 cas [une journée] plutôt que 200 qu’on est moins à risque [de contracter le virus]. Tant et aussi longtemps qu’on n’est pas vacciné, le risque demeure présent dans notre communauté, insiste-t-il.

Plus de contacts

Ailleurs en Ontario, le médecin en chef du comté de Renfrew, qui se trouve en zone verte, s’inquiète aussi d’un certain relâchement. Les cas de COVID-19 sont peu nombreux dans sa région, mais le Dr Robert Cushman fait remarquer qu'un plus grand nombre de contacts est associé, récemment, à chaque nouvelle infection.

Comment se fait-il que [...], auparavant, les contacts étaient au minimum et que maintenant, on dépasse 10, jusqu’à atteindre 15 ou 20? s’interroge-t-il.

C’est clair que les gens ne respectent pas les normes au niveau des rassemblements, ajoute le Dr Cushman.

S’il est trop tôt pour savoir si un retour à des paliers de restrictions plus contraignants s'imposera à Renfrew comme à Ottawa, il est clair que les intervenants du milieu de la restauration veulent à tout prix éviter un nouveau confinement.

Mentalement, ce va-et-vient entre ouvrir et fermer, ça a été le plus dur pour les employés, conclut Mme Cole.

Avec les informations de Rémi Authier, Émilie Bergeron et Colin Côté-Paulette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !