•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déficit de 5,4 M$ pour le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke

Une classe d'école vide.

Au total, les frais nets liés à la COVID-19 s’élèvent à 9 millions de dollars au CSSRS.

Photo : La Presse canadienne / Carlos Osorio

Radio-Canada

Le Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSSRS) accuse un déficit de 5,4 millions de dollars pour l’année 2019-2020. Un déficit attribuable en très grande partie à la pandémie de la COVID-19, selon le CSSRS.

Au total, les frais nets liés à la COVID-19 s’élèvent à 9 millions de dollars au CSSRS. Des dépenses budgétées, mais qui n'ont pas été réalisées, ainsi que la diminution des charges, ont pu réduire la facture de 3,6 millions de dollars, indique Christian Provencher, directeur général du CSSRS.

Selon Christian Provencher, sans la COVID-19, l’exercice budgétaire aurait été plus près de l’équilibre, comme ce fut le cas en 2018-2019. Si nous avions vécu une année habituelle [...] on aurait été à plus ou moins 200 000  $ [de déficit], explique M. Provencher.

Malgré ce trou budgétaire, Christian Provencher se dit satisfait des états financiers du CSSRS. Même si on a eu la COVID, on s’est comportés de façon adéquate et responsable [avec] la gestion de l’argent public, dit-il.

Pour nous, ça a été quand même une bonne année. La COVID nous a amené des défis nouveaux. [...] On a des résultats financiers qui ont bien de l’allure si on regarde le contexte.

Une citation de :Christian Provencher, directeur général du Centre de services scolaire de la Région-de-Sherbrooke

Flambée des dépenses

L'achat de matériel de protection et l'addition de personnel ont été les grandes sources de dépenses au cours de la dernière année fiscale. En date du 30 juin 2020, les dépenses avaient atteint plus de 9 millions de dollars au CSSRS, passant de 256 millions à 265 millions. Ces frais étaient liées notamment à l’embauche de personnel supplémentaire en raison de la pandémie.

Il y a toutes sortes d’achats, l’ajout de personnel [enseignant], l’augmentation du temps de travail de certaines personnes, notamment la conciergerie pour la désinfection, et du personnel supplémentaire pour la surveillance, explique Christian Provencher, directeur général du CSSRS.

Au total, ce sont 3,5 millions de dollars qui ont été nécessaires pour l’embauche de ressources humaines et pour l'approvisionnement, c'est-à-dire l’achat de solutions hydroalcooliques, de gants ou encore de masques. De cette somme, un peu moins de 170 000 $ ont été compensés par le gouvernement provincial.

6,6 M$ de perte de revenus

En ce qui concerne les pertes de revenus, elles se chiffrent à 6,6 millions de dollars. Elles concernent principalement les services de la formation professionnelle ou encore les services de garde. Les gens [...] sont restés engagés au Centre de service. On a payé les salaires tout au long de l’année [...] mais les parents n’avaient pas besoin de payer, car les élèves ne fréquentaient pas. Ça a généré une baisse de revenus, poursuit Christian Provencher.

De ces 6,6 millions de dollars, 913 982 $ ont été compensés par le gouvernement provincial.

Pour l’année 2020-2021, un déficit pourrait également être à prévoir en raison de la pandémie. On a fait l’état de nos finances en janvier. On pense qu’on va être déficitaire, conclut-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !