•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cas de COVID-19 chutent dans les centres de soins de longue durée albertains

Deux portraits de Nicole Bugeaud-Croteau et sa soeur Dominique.

Nicole Bugeaud-Croteau (à droite) espère que la chute des cas de COVID-19 permettra à sa soeur Dominique (à gauche) de profiter de plus de liberté au Centre de santé Saint-Thomas d'Edmonton.

Photo : Photo: Nicole Bugeaud-Croteau

Radio-Canada

L’Alberta enregistre une chute de 92 % du nombre de cas de COVID-19 dans ses centres de soins de longue durée en moins de deux mois.

Le 27 décembre, la province comptait 776 cas actifs au sein des centres pour personnes âgées. Le 20 février, ce nombre chutait à 63. Une bonne nouvelle dont la médecin hygiéniste en chef, Deena Hinshaw, s’est félicitée lundi, car depuis le début de la pandémie, deux décès sur trois l’ont été dans ces centres de soins de longue durée.

Cette chute des cas actifs a de quoi redonner le sourire à Nicole Bugeaud-Croteau. Sa sœur, Dominique, vit avec la trisomie 21 et réside au Centre de santé Saint-Thomas à Edmonton. L'année 2020 n’a pas été facile et les derniers mois encore moins. Au début, ça allait, je venais tous les soirs, tous les deux jours, puis ça s'est limité à une à deux fois par semaine, dit Nicole Bugeaud-Croteau.

Avec la montée en flèche du nombre de cas dans les centres, les restrictions ont été renforcées et les conséquences sont lourdes pour le bien être des patients et leurs proches. Nicole Bugeaud-Croteau parle de l'anxiété quotidienne avec laquelle elle vivait, la peur de nouvelles restrictions ou même d’interdiction des visites.

Dominique est maintenant vaccinée et Nicole espère que le vaccin sera synonyme de plus de liberté pour sa sœur : Leur vie, depuis un an, est très limitée. C’est difficile pour eux de maintenir une qualité de vie, déjà du fait qu'ils sont dans des centres à long terme. Ce sont des gens qui ont besoin d'aide, qui ont des difficultés de santé, et vivre avec des contacts limités avec leur famille, ce n'est pas évident.

Vers un assouplissement des restrictions?

Pour Lynora Saxinger, experte des maladies infectieuses à l'Université de l’Alberta, la chute du nombre de cas est le fruit des restrictions mises en place par le gouvernement et par le succès de la vaccination des personnes les plus fragiles.

Selon elle, de tels chiffres démontrent un certain niveau de protection pour cette population à risque et que cela devrait permettre à la province d’assouplir les restrictions pour les visiteurs de ces centres, même si rien n’est jamais protégé à 100 % concède-t-elle.

À force, je pense que le poids de la solitude pèse bien plus lourd que le risque de contamination, estime Mme Saxinger. Il s’agit d’une question de gestion des risques et, même si l’experte estime qu’il faudra toujours minimiser les contacts, elle s’attend à ce que le gouvernement annonce des mesures pour faciliter les visites des proches à court ou moyen terme.

Avec les informations de François Joly et Andrew Jeffrey.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !