•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lueur d’espoir pour les aînés autonomes de l’Outaouais

Une femme vaccine une aînée.

Les aînés de 85 ans et plus devraient pouvoir recevoir une première dose du vaccin contre la COVID-19 à partir du 8 mars, en Outaouais.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Radio-Canada

Selon ce qu’a indiqué le ministre de la Santé du Québec, Christian Dubé, mardi, la vaccination de masse contre la COVID-19, pour les personnes âgées de 85 ans et plus, devrait débuter le 8 mars dans toutes les régions de la province.

La priorité est accordée à la grande région de Montréal en raison du nombre plus élevé de cas et d’éclosions. Là-bas, la vaccination débutera le lundi 1er mars. Mais une semaine plus tard, ce sera au tour des aînés de toutes les autres régions du Québec de pouvoir recevoir une première dose du vaccin contre la COVID-19.

En Outaouais, les 85 ans et plus pourront prendre leur rendez-vous dès jeudi, a confirmé le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais.

Pour Liette Poitras, directrice générale de la Fondation pour les aînés de l’Outaouais, la nouvelle signifie un déconfinement pour bientôt, mais surtout la fin de l’isolement pour de nombreuses personnes du troisième âge, laissées seules durant la pandémie.

Il faut dire que les gens sont à l'intérieur. Ils sont seuls à la maison, donc ils ne peuvent pas briser le silence. Ça va ouvrir des portes pour les aînées pour revenir à la Cabane [en bois rond, un point de rencontre], pour côtoyer des gens, pour jaser et briser les silences. C’est ça, le gros [de l’enjeu pour les aînés], briser les silences, insiste Mme Poitras.

Pauline Leblanc, la présidente de la Fédération de l'Âge d'Or du Québec (FADOQ) Outaouais, dit, pour sa part, sentir l’impatience de ses membres qui souhaitent retrouver leur vie normale. Elle accueille avec soulagement le début de la vaccination de masse chez les aînés, mais demeure réaliste. L’opération dans son ensemble prendra encore du temps, mais il y a de l’espoir, dit-elle.

Ce n'est pas demain la veille pour les clubs. On a toutes sortes de tranches d’âge [parmi nos membres]. On ne peut pas ouvrir les clubs tant que la majorité des 60 ans et plus ne sont pas vaccinés. Mais au moins, on a de l’espoir. Les gens n’en peuvent plus. Nous, on est grégaires, il faut qu’on voie des gens, partage Mme Leblanc.

Prise de rendez-vous

Dans la région, six sites de vaccination seront disponibles, dont le Palais des congrès dans le secteur de Hull.

Les 85 ans et plus, nés en 1936 ou avant, doivent prendre rendez-vous sur le site internet quebec.ca/vaccincovid (Nouvelle fenêtre) ou par téléphone au 1-877-644-4545.

Lors de l'administration de la première dose du vaccin, la date du second rendez-vous sera confirmée.

Le CISSS de l’Outaouais devrait donner tous les détails de l’opération lors d’un point de presse prévu mercredi.

Le gouvernement québécois s'attend à ce que la vaccination des personnes âgées de 85 ans et plus soit complétée dans un délai de deux semaines.

Une affiche indiquant la direction d'une clinique de vaccination.

Dans la région, six sites de vaccination seront disponibles, dont le Palais des congrès dans le secteur de Hull.

Photo : Radio-Canada / Michel Aspirot

Première dose dans toutes les maisons de retraite d’Ottawa

De leur côté, les autorités de santé publique d’Ottawa annoncent que la distribution des premières doses du vaccin contre la COVID-19 aux résidents admissibles de toutes les maisons de retraite de la Ville devrait être terminée d’ici la fin de la journée, mardi.

Au total, les résidents de 82 maisons de retraite auront ainsi reçu leur première dose de vaccins à Ottawa. Une mise à jour du plan de vaccination de la Ville est attendue lors de la réunion du conseil municipal mercredi.

Dans l’est ontarien, alors que l’administration de la première dose aux résidents des établissements de soins de longue durée et des maisons de retraite à risque élevé est terminée, le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) prévoit poursuivre sa campagne avec d’autres groupes prioritaires, dont les aînés de plus de 80 ans, au cours des prochaines semaines.

Le BSEO rappelle toutefois que son plan de vaccination dépendra de l’approvisionnement de vaccins et des directives provinciales.

Avec les informations de Laurie Trudel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !