•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Troisième vague en Ontario : les experts cherchent la recette pour éviter le pire

Des éprouvettes dans un plateau.

Le dépistage massif de la COVID-19 est un outil essentiel utilisé par les autorités sanitaires pour maîtriser la propagation du virus. (Archives)

Photo : Reuters / Cooper Neill

Nicolas Haddad

Des médecins ontariens croient que les autorités pourraient atténuer l'ampleur d'une troisième vague de COVID-19 jugée inévitable.

Comment faire pour que la troisième vague soit la dernière vague?, interroge la Dre Samantha Hill, présidente de l'Association médicale de l’Ontario (OMA), à l'occasion d'un événement organisé mardi par le groupe qui représente les médecins de l’Ontario.

L'OMA a mené une table ronde d’experts pour explorer les défis liés à la prochaine recrudescence du virus dans la province.

La Dre Samantha Hill sur une estrade.

La Dre Samantha Hill est chirurgienne cardiaque et présidente de l'Association médicale de l'Ontario.

Photo : Avec l'autorisation de l'Association médicale de l'Ontario

Le cadre gouvernemental élaboré l'automne dernier concernait la souche d'origine. Il ne reflète pas les nouveaux variants qui, selon moi, sont plus contagieux, et c'est un problème.

Une citation de :Dre Samantha Hill, chirurgienne cardiaque et présidente de l’Association médicale de l’Ontario

Le médecin hygiéniste de la région de Peel, le Dr Lawrence Loh, participait aux échanges. Éviter une troisième poussée de COVID-19 dans nos communautés ne sera probablement pas possible, a-t-il affirmé.

Privilégier une approche graduelle

Comme on dit en médecine, il faudra commencer tranquillement et progresser lentement pour garder la maîtrise de la situation, souligne le médecin hygiéniste de la région de Peel.

Un homme parle d'un podium.

Le Dr Lawrence Loh est le médecin hygiéniste de la région de Peel, en banlieue de Toronto.

Photo : Radio-Canada / CBC News

Il a récemment demandé de reporter le déconfinement de sa région de deux semaines, comme l'a fait la Ville de Toronto.

Le Dr Loh souligne aussi qu’il y a de bonnes preuves qui suggèrent que les voyages intraprovinciaux continuent de poser problème quant à la maîtrise de la propagation du virus en Ontario.

Les gens circulent de région en région. Nous savons qu'il y a des défis liés au contrôle des déplacements intraprovinciaux entre des régions à différentes étapes d’ouverture, mais c’est un débat qui doit avoir lieu, insiste le Dr Loh.

Des policiers interceptent des véhicules sur la route.

Certaines provinces ont mené l'expérience de mettre en place des points de contrôle routiers pour limiter les déplacements entre les régions, notamment le Québec et la Saskatchewan.

Photo : Ivanoh Demers

Un avis partagé par une autre panéliste, la Dre Ariel Dalfen de l’Hôpital Mount Sinai à Toronto, qui estime que les directives actuelles sur les déplacements intraprovinciaux sont déconcertantes pour les Ontariens.

Elle déplore le décalage entre ce qui est recommandé et ce qu'il est permis de faire en Ontario, en soulignant que si un lieu est ouvert, les gens y iront, et ce n'est pas parce qu'ils sont de mauvaises personnes.

Les variants et la troisième vague

On sera dans la troisième vague avant de savoir qu’on y est. Il faut être attentif au pourcentage des nouveaux variants, souligne la Dre Samantha Hill.

Un homme avec des échantillons d'eaux usées.

Un scientifique analyse des eaux usées pour détecter la propagation du virus et de ses variants. (Archives)

Photo : Associated Press / Daniel Cole

Le Dr Loh évoque, pour sa part, une course entre la propagation des variants et la distribution des vaccins contre la COVID-19. Il dit qu’une réouverture lente et progressive de l’Ontario atténuerait la propagation des variants, comme on le voit ailleurs dans le monde.

Il se réjouit par ailleurs des nouvelles mesures imposées aux voyageurs internationaux par Ottawa.

Maintenant que nous en savons plus et que nous dépistons les variants, il sera utile d'empêcher leur introduction sur notre territoire.

Une citation de :Dr Lawrence Loh, médecin hygiéniste de la région de Peel

Ce dernier souhaite aussi que le gouvernement songe davantage aux congés de maladie payés, réclamés depuis des mois par divers groupes de travailleurs, qui selon lui faciliteraient l’auto-isolement de travailleurs essentiels symptomatiques.

Si c’est la permanence d’une telle mesure qui cause des inquiétudes, songeons alors à accorder des jours de maladie payés ciblés sur une certaine zone ou une certaine couleur, de façon temporaire.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !