•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tracé du tramway : « aberration » et « colère » à Québec

L'intérieur d'un bâtiment vitré avec une fresque sur l'un des murs et des escaliers pour descendre au quai du tramway.

L'intérieur d'une station de tramway de l'avenue Cartier, comme l'a présenté la Ville de Québec.

Photo : Ville de Québec

Plusieurs groupes d'experts et de citoyens de la Capitale-Nationale « s'insurgent » contre une proposition de la CAQ, qui prévoit un nouveau tracé du tramway de Québec.

Selon Régis Labeaume, le gouvernement du Québec a proposé en février d'amputer de près de moitié le tracé initial du tramway, notamment en enlevant les secteurs de Charlesbourg, Limoilou et Le Gendre.

Selon le maire Labeaume, la CAQ a proposé un scénario qui changeait considérablement le tracé du tramway

Selon le maire Labeaume, la CAQ a proposé un scénario qui changeait considérablement le tracé du tramway

Photo : Radio-Canada / Olivia Laperrière-Roy

Le gouvernement n'a pas nié cette proposition, répondant au maire de Québec qu'un nouveau trajet serait proposé en temps et lieu.

N'empêche, cette proposition est digne d'un sabotage, selon un regroupement d'organismes environnementaux.

Cette remise en question, à ce niveau d’avancement du projet, s’apparente à du sabotage pur et simple du projet sous le prétexte fallacieux de tenter de desservir la banlieue, estime le regroupement composé d'Accès transports viables, le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, Équiterre et Vivre en Ville.

Le maire de Québec, Régis Labeaume porte un masque.

Régis Labeaume, le maire de Québec

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

Le groupe critique notamment l'abandon du secteur Le Gendre dans cette proposition, dont le centre d'entretien du tramway.

L'abandon de cette infrastructure critique du projet générerait un important retard qui compromettrait la présence de consortiums qualifiés, clame le groupe.

Selon les organismes, cette proposition est l'équivalent de repartir à zéro et de retarder considérablement le projet.

Colère et aberration pour Limoilou

La proposition de la CAQ ne passe pas pour bon nombre de résidents de Limoilou, qui pourraient voir le tramway disparaître de leur quartier avec la proposition refusée par le maire Labeaume.

C'est vraiment une aberration totale d'apprendre ça, estime Julie Poisson, administratrice, conseil de quartier de Lairet. C'est de la colère. C'est un projet qu'on attend depuis 15 ans.

On sait que Limoilou est l'un des quartiers de Québec le plus dense où une large partie de la population utilise déjà le transport en commun.

Une citation de :Julie Poisson, administratrice, conseil de quartier de Lairet

On dirait qu'on oublie un peu le bien commun. Ça n'a aucun sens, ajoute Mme Poisson, qui craint la politisation du dossier.

Même son de cloche de la part de Catherine Dorion, résidente de Limoilou et députée solidaire de Taschereau.

[Il y a] des [...] limites à se faire niaiser par un gouvernement qui se donne des airs de protecteur des banlieues de notre ville alors qu’il fait tout le contraire, a-t-elle écrit sur Twitter.

Grande consultation des députés

La proposition sur le tracé qui a fait l'objet de discussions avant les fêtes visait à limiter le tracé du tramway à la 41e Rue et à utiliser les 230 millions de dollars économisés pour améliorer la desserte avec les banlieues.

Il y a eu en janvier une plus grande consultation [des ministres]. On s'est rendu compte que beaucoup de personnes jugeaient que les banlieues n'étaient pas bien desservies. C'est pour ça qu'on est revenu à M. Labeaume, a expliqué le premier ministre, François Legault, mardi.

  François Legault assis à une table durant un point de presse.

Le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse au stade olympique, le mardi 23 février 2021.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Je veux être très clair [...] : il y aura un tramway à Québec, a-t-il martelé.

Partenaire?

Gérard Beaudet, professeur d'urbanisme à l'Université de Montréal, déplore les positions du gouvernement dans des projets de transports en commun d'envergure, comme celui du tramway de Québec et du REM à Montréal.

Je comprends que le gouvernement souhaite être partenaire de ces projets-là, est d'avis le professeur. Ce que je trouve absolument désolant, c'est que dans ces deux dossiers là, le gouvernement ne se considère pas et n'agit pas comme des partenaires [...] et peut mettre littéralement en tutelle les municipalités.

Selon l'urbaniste, la proposition de la CAQ laisse entendre un déni de l'expertise accumulé par la Ville de Québec ces dernières années.

La volonté du gouvernement de mener à bien le projet de troisième lien en est un exemple, selon l'expert.

Le troisième lien, à peu près tous les experts en transports, en mobilité, en urbanisme disent que ça n'a aucun bon sens, et on s'entête à dire : on va faire le troisième lien, déplore-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !