•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un projet pilote de recyclage des matières organiques en cours à Regina

Une femme vide des déchets alimentaires dans un bac.

Les bacs verts sont vidés chaque semaine, tandis que les bruns sont vidés toutes les deux semaines. (archives)

Photo : Ville d'Edmonton

Radio-Canada

Un projet pilote de ramassage des déchets recyclables et organiques est en cours à Regina depuis septembre 2020.

Le but du projet est de réduire la quantité de déchets qui se retrouvent dans les décharges à ciel ouvert de la province.

Durant le premier mois, le projet pilote a d’ailleurs permis de diminuer de 96 tonnes les déchets organiques envoyés dans les décharges.

Si le projet venait à être approuvé, 18 000 tonnes de déchets organiques pourraient être détournées chaque année, soit 31 % des déchets totaux de la ville.

Un projet pilote à grande échelle

Plus de 2000 demeures sont incluses dans le projet. Elles ont reçu en septembre 2020 lors du lancement du projet, deux bacs : un vert et un brun.

Ces bacs sont parfois de différentes tailles, avec comme objectif de constater ce qui fonctionne ou non.

Le projet pilote doit durer jusqu’en septembre 2021, date à laquelle l’administration de la Ville Reine préparera un rapport à l’attention du conseil municipal.

Si celui-ci approuve le projet, il pourrait être lancé à l’échelle de la ville d’ici 2023.

Le projet coûterait, selon les estimations de la Ville, environ 7,9 millions de dollars. Mais il permettrait également d’économiser 4,6 millions de dollars en services d’entretien des déchets, ce qui permettrait de baisser le coût d’investissement à environ 3,3 millions de dollars.

Réactions des résidents

Parmi les quartiers visés par le projet, le quartier Rosemont dans le nord-est de Regina.

Martine Proulx-Birchard a été agréablement surprise de faire partie du projet et a reçu un bac vert de 360 litres et un bac brun de 240 litres. Ils étaient accompagnés d'indications que la résidente a trouvé faciles à comprendre.

Ça a réduit nos déchets de moitié au moins, si ce n’est plus. C’est une expérience que je recommande.

Martine Proulx-Birchard, participante au projet pilote

Une autre résidente du quartier, Angela Mclean, mère de deux enfants a eu plus de défis à cause de la taille des bacs qu’elle a reçus.

Des bacs trop petits, selon elle, peuvent représenter un certain défi pour les grandes familles.

Angela Mclean a dû adapter ses habitudes de consommation pour ne pas remplir les bacs trop rapidement.

Ça a vraiment changé nos habitudes, les aliments, ou même les produits d’entretien que j’achète.

Angela Mclean, participante au projet pilote

Angela Mclean affirme avoir pris conscience de certaines choses avec ce projet, comme le fait de réduire ses déchets plutôt que simplement les mettre dans un bac différent.

Plutôt que de jeter ses contenants, Angela Mclean affirme désormais les réutiliser. Elle s’est également mise à utiliser du vinaigre pour laver ses vitres, plutôt que de racheter du nettoyant chaque fois.

Un grand bac vert pour les déchets organiques sur le côté de la route, dans la neige.

Angela Mclean affirme que la Ville est ouverte aux questions et aux doutes que les participants peuvent avoir sur ce qui peut être mis dans le bac vert.

Photo : Angela Mclean

Déterminer ce qui fonctionne le mieux

Les résidents seront en mesure, à la fin du projet, de donner leur opinion et de partager leur expérience avec la Ville.

Un audit sera également réalisé pour déterminer la taille des contenants la plus adéquate.

Avec ces informations, nous pourrons déterminer la meilleure combinaison entre la taille des contenants ou encore, la fréquence de ramassage.

Janet Aird, gestionnaire des services de réacheminement des déchets de la Ville de Regina

Selon la gestionnaire, offrir plusieurs options aux résidents sera certainement la meilleure solution.

Entretemps, Angela Mclean a créé un groupe sur Facebook afin que les participants au projet puissent s’entraider et trouver des solutions à leurs défis.

Un des problèmes communs des participants est le givre durant l’hiver.

La Ville recommande de recouvrir les déchets de papier et de carton pour éviter le givre l’hiver, et la dégradation à cause de la chaleur l’été.

Si cela ne fonctionne pas, elle recommande de recourir aux bonnes vieilles méthodes et de briser le givre avec un balai pour que les déchets puissent être collectés.

Avec les informations de Samanda Brace

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !