•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chalets à louer se font rares pour la saison estivale

L'un des chalets écologiques du domaine Chez Roger l'Ermite.

Lors des 45 premiers jours de l'année, le nombre de demandes de réservation a augmenté de 50 % par rapport à l'année dernière.

Photo : Facebook/Chez Roger l'Ermite

Les réservations de locations touristiques vont bon train depuis le début de l’année et les prix sont à la hausse.

Comme l’été dernier, le tourisme intraprovincial s’annonce comme l’option principale pour les vacanciers qui ont des fourmis dans les jambes.

Avec les incertitudes liées à la pandémie, les Québécois s'attendent à ne pas pouvoir voyager à l'étranger et planifient leurs vacances en conséquence.

Une tendance que constate Jean-François Demers, fondateur du site de réservation en ligne chaletsalouer.com. Lors des 45 premiers jours de l'année, le nombre de demandes de réservation a augmenté de 50 % par rapport à l'année dernière. Une minorité concernait la semaine de relâche.

Les gens ne veulent pas être mal pris, ils anticipent.

Une citation de :Jean-François Demers, fondateur du site de réservation en ligne chaletsalouer.com
Patrick Gosselin, propriétaire de trois locations touristiques, en Estrie et dans le Centre-du-Québec.

Patrick Gosselin, propriétaire d'un chalet sur les rives du lac William, dans le Centre-du-Québec

Photo : Vincent Rességuier

Cet engouement pour le tourisme régional fait le bonheur de nombreux propriétaires, comme Patrick Gosselin, qui vient de s’acheter un nouveau chalet à Saint-Ferdinand, dans le Centre-du-Québec.

Cette grande habitation de luxe va être rénovée et sera disponible sur le marché locatif cet été. Il s'attend à ce que les réservations soient nombreuses et rapides comme c'est le cas pour ses deux autres chalets, plus modestes, situés en Estrie.

Il confie que la dernière année a parfois été difficile à cause des mesures sanitaires qui ont découragé certains clients, mais il n'est pas inquiet pour la saison estivale. Tout est quasiment loué en juillet et en août.

Des prix à la hausse

Dans ce contexte, la hausse de la demande l'a encouragé à augmenter ses tarifs de 15 %.

Pour l'accompagner auprès des clients, Patrick Gosselin fait affaire avec Patricia Gautier, cofondatrice de Maison et chalets à louer, une agence qui gère 140 locations touristiques dans le sud du Québec.

Elle confirme une tendance des prix à la hausse et la ruée vers les locations à la campagne. Pour la saison estivale, 75 % des destinations affichent déjà complet.

Cette année, on sent qu’il y a un engouement.

Une citation de :Patricia Gautier, cofondatrice de Maison et chalets à louer

Mais selon elle, rien n'est perdu si vous n'avez pas encore trouvé la perle rare. Chaque printemps, précise-t-elle, il y a toujours de nouveaux produits qui arrivent sur le marché, jusqu'à la dernière minute.

D’autant plus que, depuis mars 2020, de nombreux citadins ont acheté des chalets et ils veulent maintenant les louer pour amortir leur investissement.

Patricia Gautier, cofondatrice de Maison et chalets à louer, agence qui gère 140 locations touristiques dans le sud du Québec.

Patricia Gautier, cofondatrice de l'agence Maison et chalets à louer

Photo : Vincent Rességuier

Jean-François Demers abonde dans le même sens. Dans le dernier mois, il se réjouit d’avoir enregistré 47 nouvelles annonces. Un sommet.

Des propriétaires avaient arrêté de louer au début de la pandémie par peur d'attraper la maladie, dit-il, plusieurs me disent qu'ils vont revenir dans les prochaines semaines.

La situation est similaire dans la plupart des régions du Québec. Le directeur général de Tourisme Bas-St-Laurent, Pierre Lévesque, constate que les Québécois se préparent d'avance pour être sûrs d'avoir des places, parce que les locations individuelles vont faire le plein pendant l’été.

Il se réjouit de voir que cet engouement touche aussi les terrains de camping et les hôtels. Si la pandémie ne vient pas jouer les trouble-fête, il anticipe une fréquentation record.

De son côté, Patricia Gautier se tourne déjà vers la fin de l'année. Elle se frotte les mains, car ses locations ont déjà fait le plein pour la période des Fêtes.

Des grands groupes, explique-t-elle, qui ont réservé en espérant se retrouver en famille pour rattraper le temps perdu en 2020.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !