•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Truro offre un point de rencontre pour les achats en ligne

Dave MacNeil interviewé devant le poste de police.

Le chef de la police de Truro, Dave MacNeil, veut répondre à l'augmentation des ventes entre particuliers.

Photo : CBC/Elizabeth McMillan

Radio-Canada

La police de Truro encourage les vendeurs et les acheteurs en ligne à utiliser l'entrée et le stationnement de son poste de police pour conclure leur transaction.

Le chef de la police, Dave MacNeil, rappelle que le bâtiment est ouvert 24 heures sur 24 et dispose d'une grande salle d'entrée où les gens peuvent maintenir une bonne distance entre eux.

Il y a des caméras dans l'entrée et partout autour du bâtiment, donc il était évident pour nous qu'il fallait le proposer comme un lieu sûr [pour des transactions], explique Dave MacNeil.

Les vendeurs et les acheteurs peuvent s'y rendre sans rendez-vous pour effectuer leurs échanges et utiliser l'aire de stationnement pour charger et décharger leur marchandise.

La police de Truro avait déjà proposé son bâtiment comme lieu de transaction il y a quelques années et a décidé de renouveler son offre cette année.

Des personnes nous ont dit être parfois un peu inquiètes de se rendre dans des lieux qui ne leur sont pas familiers pour échanger des sommes d'argent avec des inconnus, explique le chef de la police.

Dave MacNeil dit que la police a reçu quelques appels concernant des rencontres liées à des transactions en ligne qui ne se sont pas passées comme prévu, mais il n'est pas en mesure de fournir des statistiques.

Si quelqu'un est malhonnête et vous lui proposez de vous rencontrer au poste de police, il cherchera une autre victime.

Dave MacNeil, chef de la police de Truro

Le policier encourage d'autres services de police à faire de même. À Halifax, la police conseille aux acheteurs et aux vendeurs en ligne de se rencontrer dans des lieux publics comme des cafés ou des centres commerciaux.

Si possible, faites-vous accompagner, car on est plus forts quand on est plus nombreux. Écoutez votre instinct et partez si vous ne vous sentez pas en sécurité, conseille un porte-parole par courriel.

Avec les informations de Carolyn Ray de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !