•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

COVID-19 : les délais entre les doses de vaccin sont sans danger, selon un médecin

Une personne reçoit un vaccin dans le bras.

Le niveau de protection sur une dose unique de vaccin continue de grimper pendant des semaines, selon le Dr Anand Kumar (archives).

Photo : Getty Images / David Greedy

Radio-Canada

Selon le professeur de médecine à l'Université du Manitoba Anand Kumar, un long délai entre la première et la deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 n’est pas à craindre, car le taux de protection reste élevé des semaines après la première dose.

Le gouvernement de la Saskatchewan a récemment annoncé une attente de 42 jours maximum avant de recevoir la deuxième dose de vaccin, une nouvelle qui n'inquiète pas le Dr Kumar.

Après avoir été vacciné, pendant environ deux semaines, on n'a aucune protection. Au cours des semaines suivantes, on a de 50 % à 80 % de protection, selon le vaccin qu'on a eu, explique-t-il.

Le vaccin Pfizer-BioNTech montre une protection d'environ 50 % après ces deux premières semaines, tandis qu’avec le vaccin Moderna la protection peut aller jusqu'à 80 %.

Ces données rassurantes indiquent que la population ne devrait pas s’inquiéter si l’administration de la deuxième dose est retardée.

Le niveau de protection sur une dose unique de vaccin continue de grimper jusqu'à au moins un mois et demi.

Mais surtout, la protection contre des complications graves ou encore la mort est de presque 100 % après la première dose. Cependant, le Dr Kumar dit qu’il est important de rester prudent, car le risque d’être porteur asymptomatique du virus est encore présent.

De son côté, la présidente du Syndicat des infirmières de la Saskatchewan, Tracy Zambory, se dit rassurée de savoir que le délai entre les deux doses peut être rallongé.

Certaines infirmières attendent encore de savoir quand elles seront capables de recevoir leur deuxième dose de vaccin. Alors que leur profession figurait sur la liste des personnes prioritaires lors de la phase 2 du plan de vaccination, elle a été retirée par la suite.

Avec les informations d'Ashleigh Mattern

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !